Temps de l’écrit et écrit du temps. Imbrication des temps chez des jeunes mères de retour en formation

Temps de l’écrit et écrit du temps. Imbrication des temps chez des jeunes mères de retour en formation

Temps de l’écrit et écrit du temps. Imbrication des temps chez des jeunes mères de retour en formation

Temps de l’écrit et écrit du temps. Imbrication des temps chez des jeunes mères de retour en formations

| Ajouter

Référence bibliographique [19918]

Mercier, Jean-Pierre et Longo, Maria. 2017. «Temps de l’écrit et écrit du temps. Imbrication des temps chez des jeunes mères de retour en formation ». Recherches Féministes, vol. 30, no 2, p. 157-174.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Notre article a pour objectif de documenter le phénomène d’imbrication des temps et des pratiques de l’écrit de jeunes mères de retour en formation dans la mesure Ma place au soleil (MPAS) et de comprendre le rôle de l’écrit dans cette imbrication.» (p. 157)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«L’enquête de terrain s’est déroulée pendant l’année scolaire 2012-2013 (49 séances, chacune d’une durée de trois heures et demie en moyenne) auprès du groupe de jeunes mères (n = 31) participant à la formation de base commune (alphabétisation, présecondaire et premier cycle du secondaire) ou diversifiée (second cycle) dans le CEA [centre d’éducation des adultes] enquêté. L’enquête a permis de constituer un corpus de sources de données variées. Pour le présent article, la partie des données afférentes au contexte d’enseignement modulaire individualisé (EMI) et celles qui se rapportent au travail domestique dans ce contexte de formation ont été l’objet d’une attention particulière.» (p. 161)

Instruments :
Guides d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«[L]’analyse de l’imbrication des temps expérimentés par ces jeunes mères à partir de leurs pratiques de l’écrit montre non seulement les nombreuses interactions autour de l’écrit qui s’y produisent, mais aussi le rôle de l’écrit dans cette imbrication. En extériorisant et en objectivant les tâches imbriquées dans le flot des pensées des jeunes mères, en les séparant matériellement, l’écrit délesterait provisoirement la charge mentale des jeunes mères dans la gestion de tout le travail qu’elles accomplissent. Avancer cette idée ne revient pas à dire que l’écrit réduit la complexité de la gestion des tâches et des temps par les jeunes mères, ni la charge de travail qu’elles réalisent effectivement. Seulement, elle permet de penser que cet outil joue un rôle dans le processus cognitif de mise en ordre complexe des tâches que ces jeunes femmes gèrent et accomplissent. De plus, nous voulons contribuer de manière empirique, par notre article, aux efforts pour souligner la continuité des sphères et des temps expérimentés, notamment par les femmes. Dans notre analyse des pratiques de l’écrit des jeunes mères, nous avons cherché à mettre en évidence l’imbrication non seulement subjective des temps, mais aussi l’imprégnation matérielle de l’écrit dans cette imbrication.» (p. 170)