Une ETMISS sur la mobilisation des parents d’enfants hébergés en milieu substitut : quelles interventions sont les plus efficaces?

Une ETMISS sur la mobilisation des parents d’enfants hébergés en milieu substitut : quelles interventions sont les plus efficaces?

Une ETMISS sur la mobilisation des parents d’enfants hébergés en milieu substitut : quelles interventions sont les plus efficaces?

Une ETMISS sur la mobilisation des parents d’enfants hébergés en milieu substitut : quelles interventions sont les plus efficaces?s

| Ajouter

Référence bibliographique [19909]

Maltais, Christine, Parent, Geneviève et Cyr, Chantal. 2017. «Une ETMISS sur la mobilisation des parents d’enfants hébergés en milieu substitut : quelles interventions sont les plus efficaces? ». Défi jeunesse, vol. 23, no 3, p. 43-53.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Dans un contexte de protection de la jeunesse, [cet article aborde] la mobilisation des parents dans l’intervention auprès d’enfants hébergés dans un milieu de réadaptation […].» (p. 43)

Questions/Hypothèses :
«[Q]uelles sont les interventions les plus efficaces, tel que démontré scientifiquement, pour mobiliser les parents d’enfants hébergés en centres de réadaptation et réunifier l’enfant à sa famille biologique?» (p. 44)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Cet article s’appuie sur une recension d’écrits. «Au total, huit études […] ont répondu aux critères de sélection.» (p. 45)

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«Les résultats de cet ETMISS [évaluation des technologies et des modes d’intervention en services sociaux] permettent de dire que les interventions familiales sont les plus efficaces pour mobiliser les parents d’enfants placés, incluant celles menées auprès d’un échantillon de parents d’enfants hébergés en réadaptation. Toutefois, il faut admettre que les connaissances sur le sujet à l’étude sont plutôt limitées. Entre autres, il n’est pas possible de généraliser les résultats à d’autres scénarios que celui de la réunification familiale à la suite du placement en milieu de réadaptation. En effet, on ne peut que présumer que les études incluses aient été menées auprès de parents d’enfants dont le projet privilégié était celui de la réunification familiale. Il serait en effet contre-indiqué de favoriser la relation parent-enfant dans le cas où la réunification est peu probable et où le travail clinique auprès de l’enfant devrait davantage porter sur le deuil du parent souhaité et l’acceptation des capacités limitées de son parent.» (p. 49)