Jeunes issus de l’immigration et choix d’orientation au postsecondaire à Montréal

Jeunes issus de l’immigration et choix d’orientation au postsecondaire à Montréal

Jeunes issus de l’immigration et choix d’orientation au postsecondaire à Montréal

Jeunes issus de l’immigration et choix d’orientation au postsecondaire à Montréals

| Ajouter

Référence bibliographique [19906]

Magnan, Marie-Odile, Pilote, Annie, Grenier, Véronique et Darchinian, Fahimeh. 2017. «Jeunes issus de l’immigration et choix d’orientation au postsecondaire à Montréal ». Revue canadienne d’enseignement supérieur / Canadian Journal of Higher Education, vol. 47, no 3, p. 34-53.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«[N]otre recherche qualitative interprétative tente de mieux comprendre a posteriori comment des jeunes issus de l’immigration ont vécu leur choix de programme au cégep.» (p. 35)

Questions/Hypothèses :
«[Q]uelles sont les contraintes perçues par les jeunes issus de l’immigration lors de leur choix de programme postsecondaire? Quelles logiques sous-tendent leur choix?» (p. 40)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Au total, 60 entretiens ont été menés auprès de jeunes issus de l’immigration fréquentant un cégep à Montréal. Plus précisément, le corpus comprend 40 jeunes nés au Québec, 16 arrivés avant l’âge de 6 ans, et 4 arrivés à l’âge de 6 à 10 ans. En ce qui concerne les régions d’origine, 15 de ces jeunes proviennent des Antilles ou de l’Afrique subsaharienne; 6 de l’Europe de l’Est; 10 de l’Afrique du Nord ou du Moyen-Orient; 9 de l’Amérique Centrale ou du Sud; 2 de l’Asie de l’Est; 9 d’Asie du Sud et 9 d’Asie du Sud-Est.» (p. 39)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«L’analyse des récits de vie de jeunes issus de l’immigration révèle que la famille joue un rôle déterminant lors de ces choix. Les jeunes peuvent avoir intériorisé les aspirations de leur famille (choix sans contrainte perçue) ou avoir négocié les aspirations de leur famille après plusieurs discussions et compromis (choix sous contrainte familiale). Néanmoins, il s’avère que les jeunes sous multiples contraintes (familiale, économique et scolaire) sont plus fragilisés et s’affairent à construire des stratégies (c.-à-d. parcours par paliers ou accès rapide au marché du travail après avoir terminé un programme technique) leur permettant de persévérer à leur mesure selon les objectifs qu’ils se sont donnés. Ajoutons que les résultats de cette étude sont éclairants sur le plan tant scientifique que pratique. Ils ont permis de mettre en lumière un enjeu majeur relatif à l’équité dans l’enseignement supérieur au Québec: contrairement aux jeunes d’autres types, les jeunes du type ''sous multiples contraintes'' semblent disposer de moins de ressources et d’informations de la part du personnel scolaire et de leurs parents sur l’ensemble des choix d’orientation possibles et sur les rouages du système. Ils décodent ainsi moins bien les attentes méritocratiques relatives à l’accès aux filières d’excellence et ressentant parfois un sentiment d’anomie.» (p. 48)