Défis et conditions de réussite d’une pratique concertée en violence conjugale et maltraitance envers les enfants

Défis et conditions de réussite d’une pratique concertée en violence conjugale et maltraitance envers les enfants

Défis et conditions de réussite d’une pratique concertée en violence conjugale et maltraitance envers les enfants

Défis et conditions de réussite d’une pratique concertée en violence conjugale et maltraitance envers les enfantss

| Ajouter

Référence bibliographique [19899]

Lessard, Geneviève, Alvarez-Lizotte, Pamela, Germain, Anne-Sophie, Drouin, Marie-Eve et Turcotte, Pierre. 2017. «Défis et conditions de réussite d’une pratique concertée en violence conjugale et maltraitance envers les enfants ». Nouvelles Pratiques Sociales, vol. 29, no 1, p. 224-237.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cet article expose les principaux défis et conditions de réussite qui ont été identifiés lors de l’expérimentation d’un modèle de concertation en violence conjugale et maltraitance envers les enfants à Québec.» (p. 225)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Des intervenants psychosociaux spécialisés en violence conjugale et en maltraitance des enfants ont participé à l’étude (N=57) […].» (p. 229)

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les résultats indiquent que la présence de rapports de pouvoir, le manque de temps et l’absence de certaines expertises d’intervention durant la concertation entraînent des défis. L’attitude positive des intervenants, la présence d’un animateur neutre, la clarification des rôles et mandats et la présence de tous les intervenants concernés sont des conditions de réussite.» (p. 225) Plus particulièrement, la recherche «indique qu’il importe d’apprendre à mieux connaître les intervenants qui travaillent dans d’autres milieux […], car il n’est pas rare que les intérêts, la philosophie, la mission, la vision des problématiques et les interventions privilégiées divergent d’un milieu à l’autre […]. Au cours de l’évaluation de la stratégie de concertation, ces différences ont parfois entraîné des difficultés de collaboration. Ces difficultés peuvent s’accentuer lorsque les familles qui vivent la violence conjugale et la maltraitance sont confrontées à d’autres problématiques, telles que la toxicomanie ou les problèmes de santé mentale […], car la concertation fait alors appel à une plus grande diversité d’expertises. Malgré les défis que cela peut amener, l’implication systématique des intervenants qui travaillent auprès des mères violentées, des enfants exposés et des pères qui ont des comportements violents représente une avancée pour la pratique.» (p. 233)