Familles et développement social au Québec. La contribution de l’organisation communautaire et de l’économie sociale

Familles et développement social au Québec. La contribution de l’organisation communautaire et de l’économie sociale

Familles et développement social au Québec. La contribution de l’organisation communautaire et de l’économie sociale

Familles et développement social au Québec. La contribution de l’organisation communautaire et de l’économie sociales

| Ajouter

Référence bibliographique [1989]

Favreau, Louis. 2008. «Familles et développement social au Québec. La contribution de l’organisation communautaire et de l’économie sociale». Dans La famille à l’horizon 2020 , sous la dir. de Gilles Pronovost, Dumont, Chantale, BItaudeau, Isabelle et Coutu, Élizabeth, p. 173-194. Québec: Presses de l’Université du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Ce texte veut faire connaître la contribution de l’organisation communautaire et des mouvements sociaux locaux depuis le début des années 1960 dans différents champs de pratique dont celui de la petite enfance, des jeunes et des familles, comment leurs initiatives ont progressivement été appelées à soutenir un ’tiers secteur’ de plus en plus diversifié et en interface avec des programmes et services publics. » (p. 173)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


Ce chapitre fait « [...] ressortir la constitution au Québec d’un ’tiers secteur’ composé de trois ’filières’ de développement social : l’action communautaire autonome, le développement local et l’économie sociale. Le texte montre que l’importance prise par ce ’tiers secteur’ dans le renouvellement de certaines politiques de l’État social. Il s’attarde également à la question de savoir comment ce ’tiers secteur’ favorise ou favorisera le développement des dites filières dans la prochaine décennie. Nous utilisons l’analyse historique et sociopolitique, en mettant en rapport les initiatives issues des communautés locales avec différents mouvements et avec les politiques publiques. Il s’inspire d’un ouvrage récent sur l’organisation communautaire que nous avons publié. » (p. 173)