Combien de personnes vivent seules au Québec en 2016?

Combien de personnes vivent seules au Québec en 2016?

Combien de personnes vivent seules au Québec en 2016?

Combien de personnes vivent seules au Québec en 2016?s

| Ajouter

Référence bibliographique [19790]

Charbonneau, Anne Binette. 2018. «Combien de personnes vivent seules au Québec en 2016? ». Données sociodémographiques en bref, vol. 22, no 2, p. 1-7.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Cet article dresse le portrait de la population québécoise vivant seule en 2016.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Les données mobilisées proviennent du recensement de 2016 réalisé par Statistique Canada.

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Selon le Recensement de 2016, 1,2 million de personnes vivent seules au Québec. Ce nombre correspond à 17% de la population québécoise de 15 ans et plus, une proportion qui a doublé en 35 ans. S’il est aujourd’hui plus fréquent de vivre seul qu’en 1981, l’évolution s’est déroulée différemment selon le groupe d’âge et le sexe.» (p. 1) «Jusqu’à 60 ans, les femmes sont proportionnellement moins nombreuses que les hommes à vivre seules. En plus de former leur propre famille généralement plus tôt, elles ont tendance à avoir plus fréquemment la garde des enfants lors d’une séparation. De 35 à 44 ans, moins d’une femme sur dix (9%) vit seule. Cette proportion augmente toutefois considérablement par la suite et atteint un maximum de près de quatre femmes sur dix (38%) chez les 80-84 ans. Cette hausse s’explique notamment par le départ des enfants dans les familles monoparentales et par la perte du conjoint par rupture ou décès. Les femmes sont davantage touchées par le veuvage que les hommes […].» (p. 4) Ainsi, vivre seul «est plus [fréquent] chez les hommes que chez les femmes avant 60 ans, alors que c’est l’inverse au-delà de cet âge. Dans l’ensemble du Canada, le Québec est la province où la part de personnes vivant seules est la plus élevée.» (p. 1)