L’Accession à la propriété chez les jeunes ménages québécois au cours de la dernière décennie

L’Accession à la propriété chez les jeunes ménages québécois au cours de la dernière décennie

L’Accession à la propriété chez les jeunes ménages québécois au cours de la dernière décennie

L’Accession à la propriété chez les jeunes ménages québécois au cours de la dernière décennies

| Ajouter

Référence bibliographique [19544]

Fleury, Charles, Lizotte, Mathieu et Paré, Pierre-Olivier. 2016. «L’Accession à la propriété chez les jeunes ménages québécois au cours de la dernière décennie ». Recherches Sociographiques, vol. 57, no 1, p. 47-77.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Le présent article vise, dans un premier temps, à analyser l’évolution de l’accession à la propriété chez les jeunes ménages québécois depuis le début des années 2000, soit à partir du moment où l’augmentation des prix de l’immobilier s’est véritablement accélérée. […] L’article cherche, dans un deuxième temps, à déterminer si les jeunes ménages propriétaires ont davantage bénéficié de l’entraide familiale pour accéder à la propriété.» (p. 56)

Questions/Hypothèses :
«Compte tenu du peu de données disponibles pour étudier l’entraide familiale au Québec, il s’agira essentiellement de répondre à quatre sous-questions. Est-ce que les jeunes ménages propriétaires bénéficient de plus de transferts financiers de la part des membres de leur famille aujourd’hui qu’au début des années 2000? Sont-ils plus susceptibles d’en bénéficier que les ménages non propriétaires? Dans quelle mesure l’accès à la propriété est-il lié au statut socioéconomique des parents, au report du départ du foyer parental et au fait d’avoir vécu avec ses deux parents jusqu’à l’âge de 15 ans? Enfin, comment cela a-t-il évolué entre 2001 et 2011?» (p. 56)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Les analyses s’appuient sur l’exploitation des microdonnées de Statistique Canada. En plus de celles du recensement de 2001, les données de trois grandes enquêtes ont été utilisées: l’Enquête nationale auprès des ménages de 2011 (ENM), l’Enquête sur la sécurité financière (cycles de 1999, 2005 et 2012) et l’Enquête sociale générale sur la famille (2001 et 2011).» (p. 56-57)

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«L’analyse a montré que l’augmentation des prix de l’immobilier n’avait pas freiné l’accession à la propriété chez les jeunes ménages, celle-ci ayant même légèrement augmenté au cours de la période étudiée. L’accession à la propriété s’est toutefois faite au prix d’un plus grand endettement, la dette hypothécaire médiane, qui représente 83 % de l’ensemble des passifs des jeunes ménages, s’étant accrue de 78 % depuis 1999. Plus qu’une simple conséquence de l’augmentation du prix de l’immobilier, cette augmentation nous a semblé s’inscrire dans une tendance plus générale d’augmentation de l’usage du crédit à la consommation.» (p. 70) «[L]e recours accru au crédit ne semble toutefois pas avoir été le seul moyen utilisé par les jeunes ménages pour accéder à la propriété et faire face à l’augmentation du prix de l’immobilier. En dépit des difficultés à la mesurer, il nous a semblé que l’entraide familiale avait également joué un rôle. Non seulement le statut socioéconomique des parents nous a semblé plus déterminant dans l’accession à la propriété qu’il ne l’était auparavant – ce qui pourrait traduire une plus grande propension des jeunes propriétaires à recevoir de l’aide financière –, mais nous avons également observé que le report du départ du foyer parental de quelques années favorisait l’accès à la propriété, ce qui n’était pas le cas en 2001.» (p. 70-71)