Mobilité sociale dans une ville industrielle nord-américaine : Montréal, 1880-1900

Mobilité sociale dans une ville industrielle nord-américaine : Montréal, 1880-1900

Mobilité sociale dans une ville industrielle nord-américaine : Montréal, 1880-1900

Mobilité sociale dans une ville industrielle nord-américaine : Montréal, 1880-1900s

| Ajouter

Référence bibliographique [1949]

Gauvreau, Danielle et Olson, Sherry. 2008. «Mobilité sociale dans une ville industrielle nord-américaine : Montréal, 1880-1900 ». Annales de démographie historique, vol. 1, p. 89-114.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Dans cet article, les auteures cherchent à mesurer la mobilité sociale, ascendante ou descendante, à Montréal entre 1880-1900. Pour ce faire, elles ont élaboré une méthode de jumelage des recensements, grâce aux données des mariages de l’époque.

Questions/Hypothèses:
Les auteures se demandent quels facteurs influent sur la mobilité sociale et « [q]uelles stratégies sont utilisées pour tenter d’améliorer son sort ? » (p. 114)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses
Recensements des années 1881 et 1901 et données des mariages célébrés à l’époque

Type de traitement des données :
Analyse de contenu
Analyse statistique

3. Résumé


Dans cet article, les auteures étudient la mobilité sociale à Montréal entre 1880 et 1900, les facteurs la caractérisant, ainsi que les stratégies de mobilité sociale développées par les individus. Grâce à la méthode du jumelage des recensements, les auteures arrivent à plusieurs résultats : « Un trait marquant du système de mobilité sociale est lié aux flux migratoires en provenance d’Europe et des campagnes autour de Montréal. Une bonne partie des nouveaux arrivants se retrouvent en effet au bas de l’échelle sociale, dans un espace social peu avantageux auquel les natifs de la ville sont davantage en mesure d’échapper. Malgré certaines différences de stratégies, les Irlandais catholiques et les Canadiens français présentent chacun un gain net en matière de mobilité sociale, que la mesure utilisée soit fondée sur le statut professionnel, le loyer médian ou celui du voisinage dans lequel ils résident. » (p. 114)