Le modèle de la pédiatrie sociale en communauté et ses retombées sur le bien-être des familles : une étude pilote

Le modèle de la pédiatrie sociale en communauté et ses retombées sur le bien-être des familles : une étude pilote

Le modèle de la pédiatrie sociale en communauté et ses retombées sur le bien-être des familles : une étude pilote

Le modèle de la pédiatrie sociale en communauté et ses retombées sur le bien-être des familles : une étude pilotes

| Ajouter

Référence bibliographique [19489]

Clément, Marie-Ève, Bérubé, Annie et Moreau, Jacques. 2016. «Le modèle de la pédiatrie sociale en communauté et ses retombées sur le bien-être des familles : une étude pilote ». La Revue Internationale de l’Éducation Familiale, vol. 39, no 1, p. 81-106.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Au Québec, les Centres de pédiatrie sociale en communauté (CPSC) offrent aux enfants et à leurs familles en situation de grande vulnérabilité psychosociale une approche d’intervention de proximité alliant des services médicaux, psychosociaux, spécialisés et juridiques. [L]’étude permet de documenter les retombées des services sur le bien-être psychosocial des enfants et de leurs parents.» (p. 81)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Le volet quantitatif de l’étude concerne «26 parents et 18 enfants ayant reçu un an de services des CPSC» (p. 86), alors que le volet qualitatif est composé de 17 parents fréquentant un des CPSC et dont au moins un enfant fréquente ce CSCP depuis au moins un an.

Instruments :
- Guide d’entretien semi-directif
- Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse de contenu
Analyse statistique

3. Résumé


«Après un an de fréquentation dans les CPSC, les enfants et leurs parents présentent certains indices d’un meilleur bien-être psychosocial. D’une part, la présente étude montre que ces retombées s’observent, d’un point de vue quantitatif, uniquement en ce qui a trait au développement socioaffectif des enfants. D’autre part, même si les résultats obtenus aux autres mesures quantitatives ne montrent pas d’effets significatifs, le discours des parents et des intervenants laisse entendre que certains changements se sont opérés aux plans du sentiment de compétence parentale, de la relation parent-enfant et du soutien social.» (p. 97) «Plus particulièrement, les résultats suggèrent diverses pistes de réflexion. En premier lieu, on note que près de la moitié des enfants présentent une amélioration au niveau de leur développement socioaffectif. Après un an de fréquentation du CPSC, 83% des enfants sont considérés comme ayant un développement adéquat à cette dimension.» (p. 98)