Isolement social des personnes aînées : entre le désir de désengagement et le besoin d’un soutien concret

Isolement social des personnes aînées : entre le désir de désengagement et le besoin d’un soutien concret

Isolement social des personnes aînées : entre le désir de désengagement et le besoin d’un soutien concret

Isolement social des personnes aînées : entre le désir de désengagement et le besoin d’un soutien concrets

| Ajouter

Référence bibliographique [19444]

Couturier, Yves et Audy, Émilie. 2016. «Isolement social des personnes aînées : entre le désir de désengagement et le besoin d’un soutien concret ». Gérontologie et société, vol. 38, no 149, p. 125-140.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cet article présente les résultats d’une recherche (Audy et Couturier, 2013) visant à identifier le rapport des personnes aînées à l’isolement social dans [le] contexte urbain [du quartier montréalais Bordeaux-Cartierville-Saint-Laurent]». (p. 128)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Au total, 50 personnes ont participé à l’étude.» (p. 130) L’échantillon est composé de 21 hommes et 29 femmes âgés de 65 ans et plus et résidant le quartier. Des entretiens individuels et de groupe ont été réalisés.

Instruments :
Guides d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«[P]lusieurs aînés issus de l’immigration sont déboussolés face à la réalité des résidences de soins de longue durée. Ils étaient plusieurs à soutenir que seuls les aînés nécessitant des soins médicaux devraient être placés en résidence alors que les autres devraient avoir leur place auprès de leur famille. Chez les personnes immigrantes, les relations familiales sont donc au premier plan de leur définition de l’isolement. Malgré un réseau amical étendu, si la personne immigrant est séparée de sa famille, elle se perçoit alors généralement comme étant isolée.» (p. 132) De plus, «[l]es aînés n’ayant ni conjoint(e) ni enfants semblent évidemment plus vulnérables à l’isolement social. La famille immédiate, tout comme la famille élargie, était autrefois unie, dit-on, alors qu’aujourd’hui, les liens familiaux se sont effrités et les occasions de passer du temps en famille se font de plus en plus rares, surtout lorsqu’on avance en âge.» (p. 133)