Mieux comprendre l’engagement des parents en contexte de protection de la jeunesse

Mieux comprendre l’engagement des parents en contexte de protection de la jeunesse

Mieux comprendre l’engagement des parents en contexte de protection de la jeunesse

Mieux comprendre l’engagement des parents en contexte de protection de la jeunesses

| Ajouter

Référence bibliographique [19376]

Charest Belzile, Dorothée. 2017. «Mieux comprendre l’engagement des parents en contexte de protection de la jeunesse». Dans Partageons le fruit de nos expériences , sous la dir. de Émilie Charest et Charest Belzile, Dorothée, p. 13-22. Actes du colloque «Partageons le fruit de nos expériences» tenu à Québec le 29 avril 2016. Québec: Centre de recherche JEFAR; CRI-VIFF.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
L’auteure «s’intéresse à l’engagement des parents en cours de suivi en protection de la jeunesse et, plus spécifiquement, dans le cadre du placement de leur enfant en milieu substitut.» (p. 13)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’étude est basée sur un échantillon de 74 parents de familles suivies dans sept centres jeunesses. Les données proviennent d’entretiens téléphoniques et d’informations «tirées du Système clientèle jeunesse et des rapports rédigés par l’intervenant.» (p. 17)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


À la lumière de ses recherches, l’auteure conclut qu’«en identifiant que les parents présentant une problématique de santé mentale sont moins prompts à s’engager dans les services, il apparait important de faire une priorité de l’offre de soins afin de diminuer la souffrance psychologique du parent et de le rendre plus disposé à s’engager. Par ailleurs, s’il est plus ardu pour les parents ayant des problèmes de santé mentale de s’engager dans des services qui visent peut-être ces problèmes, il importerait de les questionner sur les raisons pour lesquelles ils s’engagent moins. […] Par ailleurs, les résultats montrent que, lorsque les intervenants emploient certaines pratiques, tel le fait de miser sur les forces du parent, l’engagement serait favorisé. Il en serait de même pour les contextes d’intervention où la participation du parent dans les prises de décision est encouragée.» (p. 19)