Fiancée par correspondance ou mariage interculturel? Points de vue de femmes thaïlandaises

Fiancée par correspondance ou mariage interculturel? Points de vue de femmes thaïlandaises

Fiancée par correspondance ou mariage interculturel? Points de vue de femmes thaïlandaises

Fiancée par correspondance ou mariage interculturel? Points de vue de femmes thaïlandaisess

| Ajouter

Référence bibliographique [19289]

Morin, Estelle. 2016. «Fiancée par correspondance ou mariage interculturel? Points de vue de femmes thaïlandaises». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, Département d’anthropologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Une des questions souvent soulevées dans la littérature, qu’elle soit académique ou journalistique, est celle des nombreuses femmes thaïlandaises qui recherchent un mari ou un compagnon étranger. C’est là l’objet de cette recherche qui a pour objectif d’aller au-delà des apparences pour repérer, comprendre et analyser les motivations des femmes thaïlandaises qui désirent se marier avec un étranger.» (p. 1-2) Pour ce faire, l’auteure «examin[e] les influences des facteurs suivants: hiérarchie sociale (ethnique et régionale); facteurs économiques (classes sociales); matrilinéarité; conception locale de l’amour, du sexe et du mariage et, enfin, l’importance du trajet personnel de chaque femme dans son évaluation des facteurs influents menant à son choix d’épouser un étranger.» (p. i)

Questions/Hypothèses :
«[Q]u’est-ce qui induit des femmes thaïlandaises à chercher un mari à l’étranger?» (p. i)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Toutes rencontrées à Bangkok, les participantes venaient de plusieurs régions de la Thaïlande: Isan, Petchabun, Pattaya, Korat, Chiang Mai et les environs de Bangkok. Certaines étaient célibataires, d’autres conjointes de fait, mariées, séparées ou divorcées. Certaines avaient déjà eu des amoureux étrangers, d’autres non. Plusieurs étaient soit en couple ou mariées à des étrangers ou bien à la recherche d’un compagnon de vie étranger.» (p. 30) Bien que le nombre total de participantes rencontrées ne soit pas mentionné, l’auteure se penche principalement sur les récits de trois participantes. L’une d’elle est en couple avec un copain étranger, une autre souhaite trouver un homme étranger à marier, alors que la troisième a grandi avec un beau-père étranger.

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Tout au long de la présentation des données de terrain, j’ai vu plusieurs motivations émises par différents types de femmes à l’égard du mariage exogame. Certaines étaient motivées par un besoin de sécurité économique, d’autres voulaient un partenaire de vie avec qui une amitié était possible ainsi qu’un soutien émotionnel, et plusieurs préféraient le modèle de relation occidentale comparativement à l’alternative thaïlandaise. Toutes ces femmes ont démontré un plus ou moins grand niveau d’Agency en sortant de leur zone locale pour obtenir ce qu’elle désirait. Ce qui détermine la nature des motivations doit être estimé à partir du point de vue de leurs intentions. Toutes ces femmes évaluaient leurs comportements respectifs comme étant de bonne foi.» (p. 94) Ces femmes considèrent qu’«[e]lles ont […] l’occasion de vivre une relation plus égalitaire et moins dictée par le rôle d’épouse thaïe traditionnelle. Elles ont la possibilité de redéfinir ce rôle à l’intérieur d’une relation interculturelle et les attentes des deux partis peuvent en être ainsi totalement comblées. Elles ne se considèrent pas des victimes mais plutôt comme des femmes fortes et courageuses qui ont su aller au delà des possibilités locales dans l’espoir d’une vie s’approchant de ce qu’elles ont pu imaginer de mieux.» (p. 94)