Pour vous, mesdames.... et messieurs- Production des émissions féminines à la Société Radio-Canada à Montréal (1952-1982)- Promotion, conception des publics et culture organisationnelle genrées

Pour vous, mesdames.... et messieurs- Production des émissions féminines à la Société Radio-Canada à Montréal (1952-1982)- Promotion, conception des publics et culture organisationnelle genrées

Pour vous, mesdames.... et messieurs- Production des émissions féminines à la Société Radio-Canada à Montréal (1952-1982)- Promotion, conception des publics et culture organisationnelle genrées

Pour vous, mesdames.... et messieurs- Production des émissions féminines à la Société Radio-Canada à Montréal (1952-1982)- Promotion, conception des publics et culture organisationnelle genréess

| Ajouter

Référence bibliographique [19259]

Laplanche, Laurie. 2016. «Pour vous, mesdames.... et messieurs- Production des émissions féminines à la Société Radio-Canada à Montréal (1952-1982)- Promotion, conception des publics et culture organisationnelle genrées». Thèse de doctorat, Québec, Université Laval, Département d’information et de communication.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette thèse de doctorat porte sur l’histoire de la production des émissions féminines au réseau francophone montréalais de la Société Radio-Canada (SRC). Elle cible la période de 1952 à 1982, soit de l’année marquant l’inauguration officielle de la télévision au Québec jusqu’à la disparition du Service des émissions féminines télévisées, et de son émission principale, Femme d’aujourd’hui (1965-1982).» (p. iii)

Questions/Hypothèses :
«La question principale qui articule notre réflexion est la suivante: dans un contexte historique où l’idéologie des sphères séparées et le contrôle masculin des médias de masse étaient de plus en plus décriés sous l’impulsion des mouvements féministes, comment a évolué la conception des contenus et des publics féminins à travers la promotion des émissions féminines, et comment se sont négociés les rapports de pouvoir sexués dans le cadre de la production d’émissions conçues pour un public féminin?» (p. 75)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«La plupart des sources qui constituent notre corpus sont des sources institutionnelles analysées dans le but explicite de documenter les dynamiques genrées qui ont caractérisé la production des émissions féminines au réseau francophone de Radio-Canada à Montréal.» (p. 92) Outre les sources institutionnelles, des articles de journaux (quotidiens, hebdomadaires, mensuesl) ont aussi été utilisés, dont des articles issus de la revue Châtelaine.

Type de traitement des données :
Analyse de contenu
Réflexion critique

3. Résumé


Cette thèse soutient que la «disparition de Femme d’aujourd’hui a donc sonné le glas de la séparation explicitement genrée de la programmation au sein du radiodiffuseur public, sans toutefois modifier le fondement des pratiques à la SRC. Depuis l’arrivée de la télévision en 1952, la programmation avait perpétué cette dynamique structurant déjà la production radiophonique qui s’appuyait sur des visions stéréotypées des intérêts présumés des publics selon leur sexe. La promotion des émissions féminines autres que Femme d’aujourd’hui affichait déjà une certaine volonté de Radio-Canada d’offrir des contenus qui étaient plus complexes et plurivoques qu’une partie de l’historiographie ne l’a affirmé. […] La promotion de Femme d’aujourd’hui se démarquait ainsi de celle des autres émissions féminines, car elle mettait explicitement l’accent sur la diversité des statuts des femmes et des idées féministes tout en ciblant la remise en question des relations de pouvoir entre les hommes et les femmes. En ce sens, la promotion de Femme d’aujourd’hui rompait également avec la promotion des émissions s’adressant aux pères et aux hommes qui renforçait pour sa part les représentations de la masculinité hégémonique, assumée et raisonnée, en valorisant le modèle de l’homme pourvoyeur ou séducteur et sexuellement accompli, se définissant principalement par ses loisirs et sa consommation.» (p. 319-320)