Facteurs associés à la santé mentale positive chez les jeunes adultes de 18 à 29 ans au Canada

Facteurs associés à la santé mentale positive chez les jeunes adultes de 18 à 29 ans au Canada

Facteurs associés à la santé mentale positive chez les jeunes adultes de 18 à 29 ans au Canada

Facteurs associés à la santé mentale positive chez les jeunes adultes de 18 à 29 ans au Canadas

| Ajouter

Référence bibliographique [19241]

Konan, Akissi Jeannette. 2016. «Facteurs associés à la santé mentale positive chez les jeunes adultes de 18 à 29 ans au Canada». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, Département de médecine sociale et préventive.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Ce mémoire a comme objectif d’étudier «les relations entre les facteurs sociodémographiques, individuels, familiaux, communautaires et la SMP [santé mentale positive] chez les jeunes adultes.» (p. iii)

Questions/Hypothèses :
«La présente étude tente de répondre aux questions suivantes: Quels sont 1) les facteurs sociodémographiques associés de façon significative à la SMP des jeunes adultes?; 2) les facteurs individuels associés de façon significative à la SMP des jeunes adultes?; 3) les facteurs familiaux associés de façon significative à la SMP des jeunes adultes?; 4) les facteurs communautaires associés de façon significative à la SMP des jeunes adultes?; 5) les facteurs sociodémographiques, individuels, familiaux, communautaires associés de façon significative à la SMP des jeunes adultes? Et est-ce que les associations entre ces facteurs et la SMP varient en fonction de l’âge et du genre chez les jeunes adultes?» (p. 44)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«L’étude s’appuie sur les données de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes-santé mentale (ESCC-SM) conduite en 2012 par Statistique Canada. L’échantillon est composé de 4242 jeunes adultes âgés de 18 à 29 ans dont 47% de femmes et 53% d’hommes.» (p. iii)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les résultats des analyses révèlent que, parmi les facteurs familiaux expliquant 3,4% de la variance totale du niveau moyen de SMP, l’état de santé mentale de la famille et le revenu du ménage sont associés statistiquement et significativement à la SMP chez les jeunes adultes lorsqu’on les prend isolément […] ou de manière conjointe avec tous les facteurs […]. Ainsi, le niveau moyen de SMP est plus élevé chez les jeunes adultes qui n’ont aucun membre de famille avec un problème de santé mentale que chez ceux qui en ont. Par ailleurs, il augmente pour chaque décile additionnel du revenu du ménage […].» (p. 100) «En ce qui concerne le revenu du ménage, les résultats de cette étude sont en conformité avec les études de Bowman (2010) et de Sivis-Cetinkaya (2013) qui mesurent la santé mentale avec la satisfaction avec la vie et le bien-être psychologique. Dans la présente étude, le niveau moyen de la SMP augmente avec le revenu du ménage chez les jeunes adultes.» (p. 101)