Rapport d’évaluation des besoins 2014-2016 : amélioration de l’accessibilité aux services communautaires d’intervention et de prévention en matière de violence sexuelle contre les femmes et les filles de La Baie et du Bas-Saguenay

Rapport d’évaluation des besoins 2014-2016 : amélioration de l’accessibilité aux services communautaires d’intervention et de prévention en matière de violence sexuelle contre les femmes et les filles de La Baie et du Bas-Saguenay

Rapport d’évaluation des besoins 2014-2016 : amélioration de l’accessibilité aux services communautaires d’intervention et de prévention en matière de violence sexuelle contre les femmes et les filles de La Baie et du Bas-Saguenay

Rapport d’évaluation des besoins 2014-2016 : amélioration de l’accessibilité aux services communautaires d’intervention et de prévention en matière de violence sexuelle contre les femmes et les filles de La Baie et du Bas-Saguenays

| Ajouter

Référence bibliographique [19191]

Fortin, Julie et Dionne, Joannie. 2015. Rapport d’évaluation des besoins 2014-2016 : amélioration de l’accessibilité aux services communautaires d’intervention et de prévention en matière de violence sexuelle contre les femmes et les filles de La Baie et du Bas-Saguenay. Saguenay (Québec): La Maison Isa, Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Le document vise à évaluer les besoins et «déterminer les principaux obstacles à l’accessibilité et les besoins en matière de violence sexuelle chez les femmes et adolescentes de La Baie et du Bas-Saguenay.» (p. 33)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Dans le cadre de l’évaluation des besoins, 50 femmes et adolescentes de 12 ans et plus résidant à La Baie et au Bas-Saguenay ont été rejointes. Puis, 18 intervenants du domaine communautaire du même secteur ont été interrogés lors d’entretiens individuels. Ensuite, des groupes de discussion ont été faits avec des intervenants d’autres milieux (deux tables de concertation). Finalement, 22 patrouilleurs-policiers ont également été interrogés.

Instruments :
- Questionnaires (un pour les femmes et un pour les policiers)
- Guides d’entretien semi-directif (un pour les femmes et un pour les intervenants)
- Guides d’entretien de groupe (un pour les femmes et un pour les intervenants)

Type de traitement des données :
Analyse statistique
Analyse de contenu

3. Résumé


«[I]l a été particulièrement marquant de constater que le taux de victimes de violence sexuelle de notre échantillon, soit 83 %, excédait largement le taux relevé au Québec (34 %). […] Bien que l’échantillon ne représente pas l’ensemble de la population, ce nombre tend à démontrer l’envergure de la problématique des agressions à caractère sexuel sur le territoire. Les résultats mettent aussi en évidence qu’une proportion importante de victimes demeure dans le silence et ce, même si les partenaires rapportent recevoir des dévoilements. Ce constat est en accord avec les statistiques indiquant que seulement 10 % des victimes dénoncent l’agression sexuelle.» (p. 33) Les analyses précisent que «[l]a violence et le dysfonctionnement au sein d’une famille sont des barrières interpersonnelles importantes au dévoilement. Selon les répondantes, dans un contexte de violence conjugale, les femmes peuvent en venir à céder sous la pression d’avoir des contacts sexuels non désirés afin d’éviter les représailles de l’agresseur. D’autres encore peuvent être physiquement contraintes d’avoir des rapports sexuels. Lorsque les femmes ont des enfants, celles-ci peuvent être amenées à garder le silence pour éviter l’éclatement de la famille. De plus, la femme peut également craindre pour sa sécurité et avoir peur d’empirer la situation de violence.» (p. 23)