Vivre avec de multiples barrières : le cas des personnes LGBTQ racisées à Montréal

Vivre avec de multiples barrières : le cas des personnes LGBTQ racisées à Montréal

Vivre avec de multiples barrières : le cas des personnes LGBTQ racisées à Montréal

Vivre avec de multiples barrières : le cas des personnes LGBTQ racisées à Montréals

| Ajouter

Référence bibliographique [19178]

El-Hage, Habib et Lee, Edward Ou Jin. 2016. Vivre avec de multiples barrières : le cas des personnes LGBTQ racisées à Montréal. Montréal: Équipe de recherche METISS - Migration et ethnicité dans les interventions en santé et en services sociaux, en collaboration avec l’organisme AGIR, le Collège Rosemont, le Centre de recherche SHERPA, le CSSS de la Montagne et l’UQAM.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Le présent ouvrage traite de l’affirmation identitaire chez des personnes des minorités sexuelles racisées. […] Cette publication est le fruit d’une étude réalisée auprès de personnes LGBTQ [lesbiennes, gaies, bisexuelles, trans et queer] racisées et d’intervenants dans le but de combler en partie ce vide, en explorant les perceptions et les expériences directes ou indirectes liées aux barrières rencontrées par des personnes LGBTQ racisées, particulièrement celles qui ont vécu l’expérience migratoire.» (p. 5-6)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Pour la présente étude, l’échantillon était composé de 23 participants. Trois critères principaux ont été utilisés dans la sélection des candidats du groupe de personnes LGBTQ issues de l’immigration ou réfugiées: [l]’origine ethnique; [l]e statut d’immigrant de première ou de deuxième génération ou de réfugié; [l]’orientation sexuelle. Les candidats des autres groupes étaient des intervenants psychosociaux d’organismes communautaires ou de centres locaux de services communautaires (CLSC) et des représentants administratifs d’un organisme ou d’une association venant en aide à des personnes LGBTQ racisées.» (p. 34)

Instruments :
- Guide d’entretien de groupe
- Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


L’étude indique que «comme toutes les autres personnes LGBTQ [ayant] à se forger une identité dans un contexte minoritaire où certains rapports de pouvoir les poussent à ne pas se reconnaître dans le discours hétéronormatif, les répondants, quelles que soient leurs caractéristiques, montrent un attachement aux différents pôles identitaires: sexuel, de genre, culturel, familial et religieux, entre autres. La tendance dominante est que les répondants ne voient pas de contradictions dans cette identité multiple; ils y perçoivent plutôt un enrichissement. Or, les expériences vécues ou perçues de discrimination, d’exclusion et de rejet, autant dans leur communauté d’origine que dans la société en général, les renvoient constamment à leur différence ou à leur altérité et influent sensiblement sur le processus complexe de leur construction identitaire.» (p. 55) Pour les personnes LGBTQ racisées rencontrées, «[e]xprimer son orientation sexuelle hors norme est une tare dans un contexte où il faut préserver l’honneur familial. Plusieurs répondants révélaient l’importance pour leur famille de cette notion d’honneur.» (p. 38) «Les témoignages de rejet ne sont pas l’exception, avoir une orientation sexuelle ou une identité de genre hors norme n’était souvent pas bien accueilli par les membres de la famille. Pour la plupart, partir était la seule option qui s’offrait.» (p. 40)