La coparentalité et le développement social de l’enfant

La coparentalité et le développement social de l’enfant

La coparentalité et le développement social de l’enfant

La coparentalité et le développement social de l’enfants

| Ajouter

Référence bibliographique [19172]

Dufresne, Caroline. 2016. «La coparentalité et le développement social de l’enfant». Thèse de doctorat, Trois-Rivières (Québec), Université du Québec à Trois-Rivières, Département de psychologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
L’objectif général de cette thèse par articles est de «mieux comprendre la coparentalité et sa relation avec le développement social de l’enfant d’âge scolaire [...].» (p. 5) «Le premier article de cette thèse porte sur les comportements maternels et paternels d’expression émotionnelle et leur interaction statistique et leur influence sur les variables coopération et persistance de l’enfant rapportées par l’enseignante. […] Le second article porte sur l’observation de la coparentalité lors d’une tâche triadique de résolution de problème.» (p. v)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Les deux articles sont basés sur un échantillon composé de 47 familles nucléaires (mère-père-enfant) recrutées dans une ville moyenne à majorité francophone du Québec.

Instruments :
- Questionnaire
- Grille d’observation

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Les résultats du premier article «indiquent que la coparentalité est une entité propre et qu’il faut la considérer lorsque le développement de l’enfant est analysé.» (p. v) «Les résultats [du deuxième article] montrent que la compétition coparentale est positivement corrélée avec différentes variables sociales de l’enfant considérées plus négatives (problèmes externalisés, problèmes internalisés et hyperactivité) et négativement corrélée avec les variables sociales considérées plus positives (coopération et participation). [L]es résultats indiquent [aussi] que la coparentalité négative (empreinte de compétition) peut affecter l’enfant et se répercuter dans son comportement en milieu scolaire. En effet, l’enfant observe différents modèles d’interaction et de résolution de conflits non optimaux qu’il répète ensuite avec ses pairs en milieu scolaire. Les recherches subséquentes devraient mettre l’accent sur l’observation des familles cliniques ou des familles à risque afin de pouvoir généraliser les résultats. Finalement, cette étude permet de mettre en lumière l’importance de la coparentalité au-delà des comportements parentaux et des relations mère-enfant ou père-enfant. Les résultats montrent que la coparentalité explique une partie supplémentaire de la variance des variables sociales de l’enfant […].» (p. v-vi)