Minorités sexuelles à l’Île de La Réunion : étude exploratoire sur la construction identitaire sexuelle des lesbiennes, gais et bisexuel-le-s

Minorités sexuelles à l’Île de La Réunion : étude exploratoire sur la construction identitaire sexuelle des lesbiennes, gais et bisexuel-le-s

Minorités sexuelles à l’Île de La Réunion : étude exploratoire sur la construction identitaire sexuelle des lesbiennes, gais et bisexuel-le-s

Minorités sexuelles à l’Île de La Réunion : étude exploratoire sur la construction identitaire sexuelle des lesbiennes, gais et bisexuel-le-ss

| Ajouter

Référence bibliographique [19074]

Bègue, Madeleine. 2016. «Minorités sexuelles à l’Île de La Réunion : étude exploratoire sur la construction identitaire sexuelle des lesbiennes, gais et bisexuel-le-s». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université du Québec à Montréal, Département de sexologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Ce mémoire a pour objectif d’explorer la construction de l’identité sexuelle des personnes qui s’identifient comme lesbiennes, gaies ou bisexuelles à l’Île de La Réunion.» (p. 2)

Questions/Hypothèses :
«[C]omment les personne homosexuelles ou bisexuelles élaborent leur identité sexuelle, se construisent et s’affirment pleinement en tant qu’homosexuel-le-s ou bisexuel-le-s à La Réunion? Quelles sont les solutions qu’elles trouvent dans le quotidien pour vivre leur homosexualité ou leur bisexualité? Comment aménagent-elles leurs choix de vie, leurs désirs sexuels en dehors de l’ordre sexuel hétéronormatif?» (p. 56)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Ma population cible est constituée de personnes née à La Réunion et se reconnaissant comme homosexuel-le-s ou bisexuel-le-s.» (p. 61) «L’échantillon obtenu comprend plus de femmes que d’hommes. Il est constitué de douze personnes […], trois hommes dont deux se définissent clairement comme gai, et un qui entretient le doute dans les interactions, refusant de se dévoiler ouvertement et neuf femmes qui se définissent elles-mêmes soit comme lesbiennes ou gaies (8) et bisexuelles (1).» (p. 67)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Les récits recueillis indiquent que les personnes adoptent comme stratégie identitaire […] le déni de soi en gardant le secret absolu sur ce qu’elles éprouvent […]. La détermination de soi se fait au travers d’un long cheminement, avant de passer à l’affirmation de soi. La construction identitaire sexuelle des personnes homosexuelles ou bisexuelles est jalonnée de réactions homophobes provenant de leurs familles, de leurs ami.e.s et de leur environnement en réponse à l’expression de leur identité sexuelle. Les stratégies adoptées […] ont pour fonction de gérer les tensions qui découlent des attentes et des attributions identitaires en conflit avec leurs ressentis, leurs désirs, ainsi que le besoin de reconnaissance sociale de leur identité sexuelle.» (p. xv) «Nous avons vu aussi que le dévoilement peut aussi être contraint et se met en scène dans le groupe familial qui exige que la personne raconte ses relations intimes. La contrainte qui oblige la personne à se dévoiler, la dépouille et l’invalide dans ses capacités à mobiliser ses compétences au travers d’une stratégie de dévoilement de soi adoptée consciemment, après avoir évalué les risques, tout en tissant des alliances avec les frères et sœurs pour affronter les parents.» (p. 158)