Panorama des régions du Québec - Édition 2016

Panorama des régions du Québec - Édition 2016

Panorama des régions du Québec - Édition 2016

Panorama des régions du Québec - Édition 2016s

| Ajouter

Référence bibliographique [19060]

Barrette, Jean-Pierre, Bernier, Marianne, Charbonneau, Anne B., Brehain, Sophie, Caron, Geneviève, Crespo, Stéphane, Dubé, Gaëtane, Galarneau, Olivier Dominic, Gauthier, Marc-André, Ladouceur, Stéphane, Madore, Louis, Marchand, Guillaume, Prévost-Dallaire, Sylvain, Provençal, Marie-Hélène, Rabemananjara, Julie et Routhier, Christine. 2016. Panorama des régions du Québec - Édition 2016. Québec: Gouvernement du Québec, Institut de la statistique du Québec.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Le Panorama des régions du Québec, édition 2016 dresse un portrait socioéconomique des 17 régions administratives du Québec.» (p. 3)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Les données sont issues de différentes études statistiques réalisées par l’Institut de la statistique du Québec et par Statistique Canada.

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


En tout, «[o]nze thématiques variées sont analysées d’après les plus récentes statistiques: démographie, conditions de vie, santé, éducation, marché du travail, comptes économiques, investissement et permis de bâtir, mines, tourisme, culture et communications ainsi que transport.» (p. 3) Concernant les familles, on constate que «[l]a comparaison des taux régionaux de 2013 par type de famille […] révèle que les familles monoparentales sont à faible revenu dans une proportion beaucoup plus élevée que les couples avec ou sans enfants, quelle que soit la région. Les taux des couples sans enfants et avec enfants sont relativement comparables. Entre 2012 et 2013, dans presque toutes les régions, la diminution du faible revenu parmi les couples sans enfants, tout comme son augmentation, n’est jamais supérieure à 0,2 point.» (p. 27) Les auteurs constatent aussi que «[l]e revenu des familles comptant un couple est plus élevé que celui des familles monoparentales. Bien sûr, les premières sont plus susceptibles que les secondes de bénéficier de la présence d’un pourvoyeur additionnel de revenu, en l’occurrence le conjoint ou la conjointe. L’indicateur utilisé dans cette section est le revenu médian après impôt; il confirme toujours cette réalité en 2013.» (p. 30)