Vivre en famille ou en pension : stratégies résidentielles et réseaux d’accueil

Vivre en famille ou en pension : stratégies résidentielles et réseaux d’accueil

Vivre en famille ou en pension : stratégies résidentielles et réseaux d’accueil

Vivre en famille ou en pension : stratégies résidentielles et réseaux d’accueils

| Ajouter

Référence bibliographique [1877]

Laflamme, Valérie. 2008. «Vivre en famille ou en pension : stratégies résidentielles et réseaux d’accueil ». Cahiers québécois de démographie, vol. 37, no 1, p. 61-96.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Le présent article veut cerner les caractéristiques des pensionnaires et celles des personnes apparentées qui se joignent aux ménages au moment des recensements canadiens de 1891 et de 1901 dans la ville de Québec. [...] De manière plus générale, l’objectif est de mettre de l’avant les réseaux d’accueil ayant pu se déployer lors du partage de la résidence.» (p. 65)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses, dont les données des recensements de 1891 et 1901

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«Nombreux sont les moralistes du tournant du XXe siècle qui critiquent la présence de pensionnaires payant pour être logés et nourris au sein des ménages privés. Ce serait le signe de la désagrégation des réseaux familiaux d’entraide. Cet article compare les caractéristiques des pensionnaires à celles des personnes apparentées qui se joignent aux ménages de la ville de Québec au moment des recensements canadiens de 1891 et 1901. La comparaison cherche à mettre de l’avant les réseaux de solidarité ayant pu se déployer par le partage de la résidence. Elle a aussi pour objectif de vérifier le supposé délaissement de l’hébergement des parents au profit des pensionnaires. Cette démarche permet de revoir quelques problèmes posés par l’utilisation des recensements pour capter ces populations flottantes.» (p. 61)