Sollicitude, dépendance et lien social

Sollicitude, dépendance et lien social

Sollicitude, dépendance et lien social

Sollicitude, dépendance et lien socials

| Ajouter

Référence bibliographique [1865]

Lanoix, Monique. 2008. «Sollicitude, dépendance et lien social ». La revue du CREUM, vol. 3, no 2, p. 56-71.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Cet article se situe au-delà des enjeux immédiats de justice distributive. Nous ne proposons pas ici d’analyser la question de solidarité comme l’ont fait les communautariens, par exemple. Plutôt, de nouvelles pistes se présentent par le biais de l’éthique de la sollicitude et des études sur la production du handicap. » (p. 57)

Questions/Hypothèses:
« La question se pose [à] savoir qui a la responsabilité de répondre aux besoins des personnes âgées; est-ce la famille ou l’État? Cette réflexion nous incite à formuler cette question de façon plus générale: quel est le rôle de l’État vis-à-vis ces personnes de capacités différentes? » (p. 57)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Analyse théorique

3. Résumé


« La croissance de la population vieillissante en Amérique du Nord a un impact significatif sur nos politiques sociales. Ainsi, l’État québécois met à la disposition des personnes âgées une aide afin de faciliter le maintien à domicile. Qui a maintenant la responsabilité de répondre aux besoins des personnes âgées; est-ce la famille ou l’État? Si la réponse peut nous aider à formuler des politiques sociales équitables, elle nous pousse aussi à repenser le lien social à la lumière de la dépendance. Dans un premier temps nous nous pencherons sur l’évolution de l’éthique de la sollicitude pour ensuite analyser les apports des études sur la production du handicap. Puisque la problématique de la dépendance s’avère cruciale dans ce débat, les écrits de deux théoriciens français, Albert Memmi et Bernard Ennuyer, nous aideront à élucider la question de la dépendance. Nous verrons par la suite comment ces divers apports peuvent nous amener à reconceptualiser le lien social. » (p. 56)