Les interfaces entre les politiques municipales : développement social, famille, loisir, sport et vie communautaire

Les interfaces entre les politiques municipales : développement social, famille, loisir, sport et vie communautaire

Les interfaces entre les politiques municipales : développement social, famille, loisir, sport et vie communautaire

Les interfaces entre les politiques municipales : développement social, famille, loisir, sport et vie communautaires

| Ajouter

Référence bibliographique [1827]

Letarte, Georges, Fréchette, Lucie, Bourque, Denis et Lizée, Jacques. 2008. Les interfaces entre les politiques municipales : développement social, famille, loisir, sport et vie communautaire. Gatineau, Québec: ARUC-ISDC.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
L’auteur se propose de «[...] produire un état de situation sur les politiques de développement social dans les municipalités en relation avec les politiques familiales et de loisir et de sport qui participent activement au développement social, en prenant en compte deux dimensions en particulier, soit les interfaces entre ce politiques et la participation citoyenne dans leur élaboration.» (p.10)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Entrevues auprès d’informateurs clés de dix municipalités québécoises : «[...] Lévis, Longueuil, Montréal (arrondissement de Saint-Laurent), Maskinongé (MRC), Nicolet-Yamaska (MRC), Québec, Rouyn-Noranda, Saguenay, Sherbrooke, Trois-Rivières.» (p.5)
Questions/Hypothèses :
«Quel est l’état des interfaces entre les trois politiques ou plans d’action les plus contributifs au développement social en milieu municipal, soit le développement social comme tel, la famille et les loisirs et sports ? Comment s’actualise la participation citoyenne, dont celle des acteurs, dans ces politiques, plus spécifiquement en développement social ?» (p.21)

Instruments :
Sondage
Guide d’entrevue

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«La prise en compte du développement social par les municipalités [...]» est devenue, suite à une décision du gouvernement du Québec, «[...] une compétence obligatoire pour huit grandes villes issues des récentes fusions municipales et également pour les MRC par la suite [...] Par ailleurs, de nombreuses municipalités se sont engagées dans des politiques familiales depuis une quinzaine d’années et dans des politiques de loisir et de sport.» (p.10) L’auteur examine le contenu de telles politiques de même que les interfaces entre elles. «L’examen des domaines et champs d’intervention des politiques et plans d’action portant sur la famille montre que les questions reliées aux conditions et à la qualité des milieux de vie occupent une place majeure dans les politiques familiales.» (p.44) D’autres mesures visent le renforcement des communautés, le soutien à l’exercice du rôle parental, la conciliation travail/famille. L’auteur conclut en relevant «[...] la présence d’une certaine confusion entre la compétence formulée dans la loi [sur la prise en compte du développement social par les municipalités] et la compréhension partagée par les élus, gestionnaires et partenaires.» (p.70)