Homicide familial : affects, relations interpersonnelles et perception de soi

Homicide familial : affects, relations interpersonnelles et perception de soi

Homicide familial : affects, relations interpersonnelles et perception de soi

Homicide familial : affects, relations interpersonnelles et perception de sois

| Ajouter

Référence bibliographique [1824]

Léveillée, Suzanne et Lefebvre, Julie. 2008. «Homicide familial : affects, relations interpersonnelles et perception de soi ». Revue Québécoise de Psychologie, vol. 29, no 2, p. 65-84.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
L’objectif de cette étude est «[...] de faire l’analyse du fonctionnement intrapsychique d’hommes qui ont commis un familicide.» (p. 75)

Questions/Hypothèses :
«D’une part, est-ce que des scénarios relationnels seront présents dans les protocoles de familicides? D’autre part, est-ce qu’il y aura des sollicitations à l’examinateur dans ces protocoles?» (p. 75)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Protocoles de Rorschach de 4 hommes ayant commis un familicide

Instruments :
Système intégré d’Exner

Type de traitement des données :
Analyse statistique
Analyse de contenu

3. Résumé


L’analyse que font les auteurs des protocoles de Rorschach de quatre hommes ayant commis un familicide révèle des points communs à ces quatre protocoles: «le contrôle de toute émergence pulsionnelle, le retrait psychotique ou du moins le déni de la relation d’objet, l’impulsivité (problème dans la modulation affective), ainsi qu’une quasi-absence de scénario relationnel. Ces éléments indiquent une pauvreté particulière dans la capacité de mentalisation de ces quatre individus. [...] De plus, à partir de [cette] analyse, il est possible d’introduire la notion de violence fondamentale pour qualifier les passages à l’acte de ces individus. [...] Ces éléments apportent du matériel supplémentaire pour aider à mieux comprendre le fonctionnement psychique des familicides. Ainsi, quand ces individus passent à l’acte, il semble y avoir une décharge de tension sans une recherche relationnelle ou d’attention. Il ne semble pas non plus y avoir d’appel à l’aide.» (p. 80)