La famille séparée – tendances sociodémographiques récentes et défis pour l’avenir

La famille séparée – tendances sociodémographiques récentes et défis pour l’avenir

La famille séparée – tendances sociodémographiques récentes et défis pour l’avenir

La famille séparée – tendances sociodémographiques récentes et défis pour l’avenirs

| Ajouter

Référence bibliographique [181]

Le Bourdais, Céline et Lapierre-Adamcyk, Evelyne. 2011. «La famille séparée – tendances sociodémographiques récentes et défis pour l’avenir». Dans Évolution et révolution de la justice familiale , p. 1-25. Actes du colloque «Évolution et révolution de la justice familiale» tenu à Ottawa les 22 et 23 octobre 2010, Cowansville: Éditions Yvon Blais.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
L’objectif des auteurs est «[…] d’illustrer […] la dynamique de la vie familiale d’aujourd’hui à partir d’une présentation des principaux changements qui ont touché la fécondité et la conjugalité et de leurs conséquences sur les conditions de vie des familles.» (p. 4)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Cette présentation s’appuie sur les résultats de plusieurs travaux que nous avons effectués dans le passé à partir d’une exploitation des données de la statistique de l’état civil et de larges enquêtes réalisées par Statistique Canada.» (p. 4)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«L’union libre a connu une forte progression au cours des dernières décennies; elle demeure toutefois plus instable que le mariage, et ce, malgré le fait qu’elle constitue dorénavant le cadre de formation d’un nombre croissant de familles. […] Aux côtés de la famille traditionnelle ‘intacte’ mariée se sont ajoutées progressivement une pluralité de familles, recomposées ou sous la gouverne de parents seuls ou en union libre. Force est de constater toutefois que la famille intacte mariée jouit de conditions économiques de vie plus favorables que les ‘nouvelles’ familles, et ce, même lorsqu’on tient compte des caractéristiques sociodémographiques des unes et des autres. Le brassage familial induit par le degré élevé d’instabilité conjugale oblige les démographes, tout comme les juristes et les intervenants de la famille, à sortir du cadre de la résidence pour saisir la réalité des familles contemporaines. Quand vient le temps d’estimer le nombre d’individus et de ménages qui participent à la vie familiale des enfants, ou d’évaluer les conditions de vie des enfants afin d’élaborer des politiques familiales adaptées aux réalités d’aujourd’hui, on ne peut plus se satisfaire de recenser les personnes qui vivent sous le même toit ou n’inclure que les seuls revenus du ménage. Il faut dorénavant se placer sous l’angle des parcours de vie des individus et tenter de cerner les échanges financiers aussi bien qu’affectifs qui ont cours entre les ménages de parents séparés.» (p. 22-23)