Contributions de la maternité à l’état de santé de femmes vivant avec le VIH

Contributions de la maternité à l’état de santé de femmes vivant avec le VIH

Contributions de la maternité à l’état de santé de femmes vivant avec le VIH

Contributions de la maternité à l’état de santé de femmes vivant avec le VIHs

| Ajouter

Référence bibliographique [17920]

Toupin, Isabelle. 2015. «Contributions de la maternité à l’état de santé de femmes vivant avec le VIH». Thèse de doctorat, Montréal, Université de Montréal, Département de médecine sociale et préventive.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«L’objectif général de cette thèse, à partir d’un cadre théorique fondé sur les approches féministes de la construction sociale de la maternité, des représentations du risque et des stratégies d’adaptation à la maladie, est d’analyser les expériences de maternité chez des FVVIH [femmes vivant avec le VIH] montréalaises. […] Trois articles scientifiques, présentant les résultats de l’analyse, ont été soumis. Le premier article décrit les modèles idéologiques de la maternité dans cette population […] et ses répercussions sur la gestion du VIH (traitements, dévoilement, soins aux enfants). Le second article dégage la manière dont les femmes, selon leur modèle idéologique de la maternité, s’approprient les informations et les conseils provenant des intervenants de la santé et construisent le risque biologique associé à la maternité dans le contexte du VIH. […] Le troisième article décrit les façons dont le projet de maternité oriente le rapport au VIH, le sens de l’existence et les expériences d’auto-transcendance des femmes […].» (p. ii-iii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon est le même pour les trois articles et compte quarante-deux FVVIH. De ce nombre trente-six ont au moins un enfant, deux sont enceintes de leur premier et quatre n’ont pas d’enfant mais désirent en avoir.

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


Le premier article établit trois modèles. «Pour les tenantes de la maternité comme croissance personnelle, le VIH et les antirétroviraux (ARV) représentent une barrière à l’expérience de plaisir d’un mode de vie axé sur un épanouissement global. Le traitement ARV est suspendu entre les grossesses. Le VIH est dévoilé à l’entourage en vue du partage des responsabilités maternelles. Dans le modèle de la maternité comme réalisation sociale, la stigmatisation liée au VIH contraint les femmes à ne pas révéler leur statut infectieux. Ce modèle contribue à une prise d’ARV non optimale durant la grossesse, suivie d’un arrêt après l’enfantement. Dans le modèle de la maternité comme accomplissement de soi et de complétude, le VIH compromet l’identité de mère. La revalorisation de l’identité féminine et maternelle passe par une meilleure gestion de la santé, de la prise d’ARV, un surinvestissement des responsabilités maternelles et le dévoilement du VIH dans le cadre de la prise en charge des enfants.» (p. 165) Dans le deuxième article, «l’angle de la construction du risque biologique associé à la maternité en contexte du VIH a été retenu. [L]e projet de maternité des FVVIH est contraint à la fois par le discours des intervenants de la santé face aux risques biologiques encourus et par la manière dont elles interprètent et se réapproprient ce discours. [Dans le troisième article, nous] avons aussi envisagé la maternité comme une stratégie d’adaptation potentielle permettant de composer avec le statut infectieux et la gestion des événements de la vie courante. Cet angle d’analyse permet de [mettre] l’accent sur le bien-être global des FVVIH […] et positionne la maternité comme un indicateur qui contribue potentiellement à un état de santé, des concepts centraux dans le champ de la promotion de la santé […] en favorisant des expériences d’auto-transcendance qui donnent un sens à l’existence en l’orientant vers un investissement maternel enrichissant et gratifiant. […] Enfin, à la lumière de ces trois angles d’analyse, nous avons proposé une modélisation dynamique et ancrée de l’expérience maternelle en contexte du VIH qui s’inscrit dans un processus de rupture et de reconstruction biographiques.» (p. 296-297)