D’un système à l’autre : facteurs de risque d’incidence LSJPA chez les jeunes pris en charge en protection de la jeunesse en raison de troubles de comportement

D’un système à l’autre : facteurs de risque d’incidence LSJPA chez les jeunes pris en charge en protection de la jeunesse en raison de troubles de comportement

D’un système à l’autre : facteurs de risque d’incidence LSJPA chez les jeunes pris en charge en protection de la jeunesse en raison de troubles de comportement

D’un système à l’autre : facteurs de risque d’incidence LSJPA chez les jeunes pris en charge en protection de la jeunesse en raison de troubles de comportements

| Ajouter

Référence bibliographique [17908]

Pineau-Villeneuve, Catherine. 2015. «D’un système à l’autre : facteurs de risque d’incidence LSJPA chez les jeunes pris en charge en protection de la jeunesse en raison de troubles de comportement». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, École de criminologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«L’objectif général de ce mémoire est de favoriser la production de connaissances en ce qui a trait à l’incidence c’est-à-dire, l’application d’une sanction ou d’une mesure en vertu de la Loi sur le système de justice pénale pour adolescents (LSJPA) chez des jeunes ayant eu une prise en charge initiale en protection de la jeunesse pour troubles de comportement [TC].» (p. 33)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«[D]es données clinico-administratives des 16 centres jeunesse du Québec ont été utilisées. Ainsi, tous les enfants et adolescents dont le dossier a été fermé à la suite d’une première intervention en protection de la jeunesse en raison de troubles de comportement entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2009 ont été observés (N = 6 630).» (p. i)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les résultats indiquent qu’un jeune pris en charge en raison de troubles de comportement a 39,7% de risque de migrer vers les services judiciaires pour adolescents dans les cinq années qui suivent la fermeture de son dossier. Sans grande surprise, les garçons présentent un plus grand risque que leurs homologues féminins. Il appert également que le risque d’incidence varie en fonction du sexe et de la présence de maltraitance lors de la prise en charge initiale. De plus, les facteurs associés à l’usager lui-même semblent avoir un impact plus important sur l’incidence que ceux associés à la prise en charge. Aussi, la récurrence dans les services de protection en raison de troubles de comportement mais également en raison de nouveaux éléments liés à la maltraitance sont au nombre des éléments à surveiller avec beaucoup d’attention puisqu’ils sont fortement liés à une migration vers la LSJPA.» (p. i) L’auteure analyse aussi les liens entre la prise en charge et la structure familiale. Elle remarque notamment que «[c]hez les garçons pris en charge en raison de TC et de maltraitance, le nombre de frères et sœurs augmente le risque d’incidence […]. Il est possible de faire le rapprochement entre cette caractéristique et des parents épuisés par les responsabilités parentales.» (p. 77)