Changements démographiques et inégalités éducatives à Ouagadougou

Changements démographiques et inégalités éducatives à Ouagadougou

Changements démographiques et inégalités éducatives à Ouagadougou

Changements démographiques et inégalités éducatives à Ouagadougous

| Ajouter

Référence bibliographique [17881]

Lachaud, James. 2015. «Changements démographiques et inégalités éducatives à Ouagadougou». Thèse de doctorat, Montréal, Université de Montréal, Département de démographie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Cette thèse par articles «s’intéresse à explorer la potentielle dimension démographique des inégalités socioéconomiques, notamment les inégalités éducatives dans le contexte de la baisse de la fécondité. Elle vise [dans le premier article] à apporter des évidences empiriques sur le lien entre la réduction de la taille de la famille et les inégalités éducatives au sein des ménages dans le contexte d’Ouagadougou, Capitale du Burkina Faso, qui connait depuis quelques décennies la chute de la fécondité. […] Le second [sic] article fait une comparaison entre les ménages de grande taille et ceux de petite taille en matière d’inégalités éducatives entre les enfants au sein des ménages familiaux, en considérant le sexe, l’ordre de naissance et les termes d’interaction entre ces deux variables. […] Finalement, dans le cadre du troisième article […], nous avons examiné l’effet d’avoir été confié par le passé sur les inégalités éducatives au sein de la fratrie, en comparant ceux qui ont été confiés aux autres membres de leur fratrie qui n’ont jamais été confiés.» (p. I-II)

Questions/Hypothèses :
«De quelle manière la baisse de la taille de la famille influence-t-elle le processus de transmission intergénérationnelle des désavantages éducatifs? […] Comment sont réparties les potentielles retombées positives de la réduction de la taille de la famille entre les enfants? Y a-t-il des gagnants et des perdants? Qui sont-ils: les filles, les garçons, l’ainée ou encore la fille ainée? Est-ce que ces retombées diffèrent selon qu’il s’agit d’un ménage familial, monogame ou polygame, ou encore selon sa composition démographique? […] Dans quelle mesure le confiage des enfants détermine-t-il le parcours éducatif des enfants, du même coup des inégalités éducatives entre les enfants au sein de la famille?» (p. 5)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
In the first article, the data are «from the Demographic Trend (Demtrend) survey, collected from a subgroup of the population, which was followed up, by the Health and Demographic Surveillance System (HDSS) of Ouagadougou since 2008. […] For the comparison between generations, we considered only children aged 15 and older at the time of the survey: 6832 children, 3445 boys and 3387 girls […].» (p. 73-74) The data for the second article are «from Demtrend project, based on a subsample of the population being longitudinally followed by the Ouagadougou Health and Demographic Surveillance System (Ouaga-HDSS). […] For this study, we focus on school-age children aged 8 to 17 who are living with their interviewed mother. […] The sample size is 3,852 children: 1,867 girls and 1,985 boys.» (p. 101-102) The third article is based «on a subsample of the HDSS population, women aged 35-59 years with at least one child surviving to three years or older, 2952 women. […] These data were merged with complementary data on household characteristics collected by the HDSS-Ouaga system [made of] children aged 16 to 18 years, for a total of 1373 youths.» (p. 127-128)

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les conclusions du premier article indiquent que la relation entre le nombre d’enfants de la famille et l’éducation varie selon le contexte socioéconomique. En effet, pour les générations qui ont grandi dans un contexte socioéconomique colonial et postcolonial, où le mode de production était essentiellement agricole et l’éducation formelle n’était pas encore valorisée sur le marché du travail, la relation est très faible et positive. […] De plus, les résultats de cet article suggèrent aussi que la famille d’origine des femmes a une incidence significative sur leur comportement de fécondité. Les femmes dont la mère avait un niveau de scolarité élevé (et étaient de statut socioéconomique aisé) ont moins d’enfants comparativement à celles dont leurs parents avaient un faible niveau de scolarité (et pauvres). […] Les résultats [du deuxième] article montrent que généralement les enfants des familles de petite taille sont plus scolarisés et atteignent un niveau d’éducation plus élevé que ceux des grandes familles. Toutefois, les filles ainées des petites familles s’avèrent moins éduquées que leurs pairs. Ce déficit persiste après avoir considéré seulement les ménages familiaux monogames ou encore après le contrôle de la composition de la fratrie. […] Dans [le troisième] article, nous avons considéré l’aspect hétérogène du confiage en le différenciant selon le sexe, la relation de la mère avec le chef du ménage d’accueil et l’âge auquel l’enfant a été confié. Les résultats montrent qu’avoir été confié dans le passé influence négativement le parcours scolaire des enfants. Cependant, cet effet négatif reste fort et significatif que pour les filles qui ont été confiées après leurs 10 ans d’âge.» (p. I-III)