Les stratégies pour favoriser l’engagement au sein des groupes visant à contrer la violence conjugale

Les stratégies pour favoriser l’engagement au sein des groupes visant à contrer la violence conjugale

Les stratégies pour favoriser l’engagement au sein des groupes visant à contrer la violence conjugale

Les stratégies pour favoriser l’engagement au sein des groupes visant à contrer la violence conjugales

| Ajouter

Référence bibliographique [17811]

Roy, Valérie, Labarre, Michel et Drouin, Marie-Ève. 2015. «Les stratégies pour favoriser l’engagement au sein des groupes visant à contrer la violence conjugale ». Service Social, vol. 61, no 1, p. 77-92.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cet article présente les résultats d’une recherche qualitative sur les stratégies qui peuvent favoriser l’engagement des hommes dans les programmes de groupe [visant à contrer la violence conjugale].» (p. 77)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon est composé de 27 «hommes ayant l’expérience d’un groupe de thérapie en violence conjugale.» (p. 80)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Les résultats suggèrent que la décision de s’engager constitue une dimension centrale du processus d’engagement. La majorité des stratégies identifiées par les hommes dépasse la présence au groupe et s’adresse aux différentes dimensions du modèle de l’engagement dans les groupes de Macgowan (2006). Le rôle des intervenants consiste dès lors à soutenir le choix d’engagement des hommes, notamment en renforçant les relations entre les membres du groupe, en encourageant la prise de risques et en soulignant les progrès réalisés. Les résultats suggèrent aussi de remettre aux hommes la responsabilité de leur engagement et de tempérer leurs attentes à l’égard de leur environnement. Les propos des participants à cette recherche laissent croire que le choix d’engagement agit comme facteur de protection contre les abandons. Considérant que la majorité des participants s’estimaient engagés, il serait intéressant d’interroger des hommes qui n’ont pas encore pris cette décision afin d’approfondir notre compréhension du processus qui mène à ce choix.» (p. 89)