Examen du lien dyadique entre les interactions conjugales négatives et la prise alimentaire

Examen du lien dyadique entre les interactions conjugales négatives et la prise alimentaire

Examen du lien dyadique entre les interactions conjugales négatives et la prise alimentaire

Examen du lien dyadique entre les interactions conjugales négatives et la prise alimentaires

| Ajouter

Référence bibliographique [17789]

Rodrigue, Christopher, B. Tremblay, Marie-Pier, Côté, Marilou et Bégin, Catherine. 2015. «Examen du lien dyadique entre les interactions conjugales négatives et la prise alimentaire ». Revue canadienne des sciences du comportement / Canadian Journal of Behavioural Science, vol. 47, no 2, p. 191-200.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«[L]a présente étude vise à observer l’effet de différentes dimensions négatives d’interactions conjugales sur la prise alimentaire. […] Le premier objectif est de vérifier l’effet du stress relationnel de nature conjugale perçu par un individu sur sa propre prise alimentaire, ainsi que sur celle de son conjoint. […] Le second objectif est d’investiguer si le type d’interactions conjugales (évitement, critique, dominance) peut agir comme médiateur du lien entre le stress relationnel de nature conjugale et la prise alimentaire.» (p. 193)

Questions/Hypothèses :
Concernant le premier objectif, «[i]l est attendu que […] le stress engendré par la discussion conjugale générera des émotions modérées à élevées, ces dernières seront liées à une augmentation de la prise alimentaire des deux conjoints. […] Il est attendu [pour le deuxième objectif] que le type d’interactions conjugales, et particulièrement l’évitement, agisse comme médiateur dans la relation entre le stress relationnel de nature conjugale et la désinhibition alimentaire, puisque l’évitement a été désigné comme un médiateur valide de cette relation auparavant.» (p. 193)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«L’échantillon est composé de 55 couples hétérosexuels cohabitant depuis au moins six mois, âgés entre 18 ans et 60 ans chez les femmes […] et entre 19 ans et 63 ans chez les hommes […].» (p. 193)

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«[B]ien que les résultats révèlent que le changement d’état émotionnel avant et après la discussion est seulement significatif chez les femmes, il est important de noter qu’un changement négatif de l’état émotionnel s’est tout de même produit chez les hommes durant la discussion. Cette différence entre les hommes et les femmes concorde avec la littérature actuelle énonçant que, pour les mêmes événements de la vie quotidienne, les femmes évaluent leur niveau de stress plus fortement que les hommes.» (p. 197) «En somme, la présente étude révèle des constats intéressants quant aux comportements alimentaires des couples lorsqu’ils sont exposés à une discussion conjugale stressante. En effet, malgré le rejet des hypothèses initiales, il est surprenant de constater que les comportements alimentaires des femmes sont influencés par les comportements d’interactions conjugales (évitement, dominance) et le stress du conjoint. La relation entre le stress relationnel de nature conjugale et la prise alimentaire serait donc plus complexe que ce qui était postulé au départ, puisqu’elle semble résider davantage au sein de patrons dyadiques plutôt qu’individuels.» (p. 198)