Portrait du parcours préscolaire des enfants montréalais

Portrait du parcours préscolaire des enfants montréalais

Portrait du parcours préscolaire des enfants montréalais

Portrait du parcours préscolaire des enfants montréalaiss

| Ajouter

Référence bibliographique [17758]

Guay, Danielle, Laurin, Isabelle, Bigras, Nathalie, Toussaint, Pierre et Fournier, Michel. 2015. Portrait du parcours préscolaire des enfants montréalais. Montréal: Gouvernement du Québec, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«La présente publication trace le portrait du parcours éducatif des enfants montréalais de la naissance à l’entrée à la maternelle à partir des informations recueillies dans l’Enquête montréalaise sur l’expérience préscolaire des enfants de maternelle (EMEP).» (p. 1)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon est composé de 1184 «enfants résidant sur l’île de Montréal et fréquentant l’école maternelle 5 ans en 2011-2012.» (p. 2)

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les résultats montrent que la fréquentation d’un service de garde, régi ou non, pendant la période préscolaire est plus élevée chez les enfants de familles mieux nanties que chez leurs pairs à faible revenu. De plus, ces derniers commencent à les fréquenter plus tardivement et fréquentent moins les CPE [centre de la petite enfance]. Par ailleurs, une fois en milieu de garde, les enfants de famille à faible revenu fréquentent davantage un mode de garde à contribution réduite comparativement à leurs pairs mieux nantis. On constate également également que les enfants de familles à faible revenu sont proportionnellement plus nombreux à fréquenter une maternelle 4 ans publique que leurs pairs mieux nantis. Cela n’est pas surprenant étant donné que le service leur est destiné. C’est environ un enfant sur trois issu de familles à faible revenu qui délaisse le milieu de garde pour entrer en maternelle 4 ans. La gratuité du service peut expliquer en partie cette transition.» (p. 17)