L’accès, la continuité et la complémentarité des services pour les jeunes (0-18 ans) présentant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme

L’accès, la continuité et la complémentarité des services pour les jeunes (0-18 ans) présentant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme

L’accès, la continuité et la complémentarité des services pour les jeunes (0-18 ans) présentant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme

L’accès, la continuité et la complémentarité des services pour les jeunes (0-18 ans) présentant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autismes

| Ajouter

Référence bibliographique [17755]

Perreault, François et Clavet, Michel. 2015. L’accès, la continuité et la complémentarité des services pour les jeunes (0-18 ans) présentant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme. Montréal: Gouvernement du Québec, Protecteur du citoyen.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«[L]’intervention du Protecteur du citoyen documente les difficultés les plus répandues auxquelles [les jeunes autistes et de leur famille] sont confrontés dans leur parcours de services et en recherche les causes. Des solutions permettant de corriger la récurrence de ces problèmes ont été identifiées et font l’objet de recommandations au ministère de la Santé et des Services sociaux.» (p. 4)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Au total, 6 agences, 11 centres de réadaptation et 29 CSSS [centre de santé et services sociaux] ont collaboré à l’opération de collecte. Une abondante documentation en provenance des instances et du Ministère [de la santé et des services sociaux] a été consultée. Dix-huit gestionnaires et quarante-cinq professionnels des centres de réadaptation ainsi que dix-huit représentants légaux des usagers ont aussi eu l’occasion de donner leur opinion.» (p. 5)

Instruments :
- Questionnaire
- Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Le Protecteur du citoyen a constaté que certains enfants sont orientés précocement vers un CRDP [centre de réadaptation en déficience physique], même si la déficience physique n’est pas leur principale hypothèse diagnostique. [C]ette pratique ne répond qu’à court terme aux besoins de l’enfant et aux attentes de ses parents. […] Au moment de la confirmation du diagnostic de déficience intellectuelle ou de trouble du spectre de l’autisme, […] les enfants ne sont souvent pas connus de leur CSSS [centre de santé et de services sociaux], puisqu’ils ont été référés en pratique privée. Cette situation est désavantageuse, car c’est le CSSS qui devrait coordonner cette réorientation dans le réseau local de services et offrir aux parents le soutien qu’ils requièrent à ce moment. Il faut souligner le choc qu’occasionne l’annonce d’un diagnostic de déficience intellectuelle ou de trouble du spectre de l’autisme, alors que les parents croyaient que leur enfant présentait une déficience physique. Bien que certains CRDP offrent le soutien psychosocial que requièrent les parents à ce moment, ce type de service ne relève pas de leur mandat, mais plutôt de celui des CSSS, vers lesquels ils seront dirigés. Dans ce contexte, l’entrée en jeu tardive du CSSS sera une cause de délais dans l’accès à certains services en réponse aux besoins de ces familles.» (p. 8-9)