Echoes of Late-Entry Women in Academia - a Narrative Inquiry

Echoes of Late-Entry Women in Academia - a Narrative Inquiry

Echoes of Late-Entry Women in Academia - a Narrative Inquiry

Echoes of Late-Entry Women in Academia - a Narrative Inquirys

| Ajouter

Référence bibliographique [17734]

Cullinan, Mary. 2015. «Echoes of Late-Entry Women in Academia - a Narrative Inquiry». Thèse de doctorat, Montréal, Université McGill, Département d’éducation.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«This qualitative study explores the narratives of […] ‘late-entry women’ from across Canada as we recount our doctoral journeys. It considers the challenges we are confronted with as we face a generally accepted cultural consensus that we do not seem to belong in academia.» (p. 9)

Questions/Hypothèses :
«In the study I was seeking answers to questions such as the following: How were the women’s stories of achieving their doctorates connected to their life stories? How were they challenged by everyday life in ways that are different from younger students? How do they rise to those challenges? How do time and place play a significant role? How about lack of time? How about lack of private space?» (p. 77)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«The participants included in this study are [39] women who have already completed their PhD at a later stage in life, as well as women who are currently studying.» (p. 23) Les femmes ont été recrutées dans chacune des provinces canadiennes. Toutes les participantes ont été rencontrées en entrevue et cinq ont fourni des images pour illustrer leur vécu selon la technique du ’photovoice project’ et ont participé à un atelier d’écriture.

Instruments :
Guide d’entretien

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé



Dans cette thèse, l’auteure présente des thèmes communs émergeants de la réalité des femmes qui ont commencé leur doctorat plus tard dans la vie. Ces thèmes incluent le sentiment d’être marginalisée, voire même de se sentir invisible dans le milieu académique. L’auteure souligne également le désir de ces femmes d’abdiquer à un moment ou à un autre du processus d’obtention du doctorat, et de la ténacité nécessaire pour persévérer. L’auteure mentionne l’impact positif que ces femmes perçoivent avoir eu sur leurs enfants durant leurs études doctorales. La famille émerge comme un thème important dans la poursuite d’un doctorat. En effet, l’encouragement de la part de la famille et des parents agit comme une grande source de motivation dans la décision d’obtenir un doctorat, bien qu’il arrivait souvent que des membres plus âgés de la famille désapprouvaient le retour aux études de ces femmes. Plus précisément, l’auteure souligne l’importance de l’encouragement maternel chez un grand nombre des participantes. Enfin, l’auteure étudie la conciliation études-famille, et la difficulté que les participantes ont eu à se distancier de leur travail pour passer du temps en famille.