Perceptions de parents entendants à propos de l’influence des services professionnels, de l’école et du quartier sur le bien-être des jeunes sourds

Perceptions de parents entendants à propos de l’influence des services professionnels, de l’école et du quartier sur le bien-être des jeunes sourds

Perceptions de parents entendants à propos de l’influence des services professionnels, de l’école et du quartier sur le bien-être des jeunes sourds

Perceptions de parents entendants à propos de l’influence des services professionnels, de l’école et du quartier sur le bien-être des jeunes sourdss

| Ajouter

Référence bibliographique [17694]

Lepage, Geneviève. 2015. «Perceptions de parents entendants à propos de l’influence des services professionnels, de l’école et du quartier sur le bien-être des jeunes sourds». Thèse de doctorat, Montréal, Université du Québec à Montréal, Département de psychologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Cette «thèse vise à décrire les perceptions de parents entendants à propos de l’influence de trois milieux, les services professionnels, l’école et le quartier, sur le bien-être de leur jeune sourd.» (p. xv)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«L’échantillon se compose de 98 parents entendants de jeunes sourds: oralistes ou signeurs, enfants ou adolescents, résidant en centre urbain ou en région.» (p. xv)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Concernant les services professionnels, les compétences et les conseils des orthophonistes sont perçus comme favorables. Par contre, le manque d’accessibilité à ces services ressort négativement. À l’école, les interventions d’enseignants et d’interprètes compétents, et l’utilisation d’un système d’amplification à modulation de fréquence sont très appréciées. En revanche, les parents perçoivent négativement le manque de respect des élèves et une pédagogie qu’ils jugent inappropriée. Dans le quartier, la tranquillité des rues et des aires naturelles, et le respect du voisinage sont vivement appréciés. À l’inverse, le bruit, le trafic et le manque de pairs sont perçus comme défavorables. Indistinctement des milieux, la compétence des enseignants, des orthophonistes et des interprètes ressort comme l’aspect le plus favorable au bien-être des jeunes sourds. Dans la continuité, les parents se montrent les plus critiques envers le manque d’accès aux services et ressources. Les perceptions varient peu entre les parents. Cependant, les quelques différences observées mettent en évidence les besoins propres à chaque groupe de jeunes. Les parents de jeunes oralistes insistent sur l’accès aux services professionnels et aux aides communicationnelles. Par contraste, les parents de jeunes signeurs apprécient les conseils reçus et le renforcement de l’estime de soi. Les parents d’enfants signalent davantage l’importance des aides communicationnelles et des services, tandis que les parents d’adolescents insistent sur le soutien.» (p. xv-xvi)