L’utilisation de la garde non parentale dans la province de Québec au Canada : l’effet de la politique familiale de 1997

L’utilisation de la garde non parentale dans la province de Québec au Canada : l’effet de la politique familiale de 1997

L’utilisation de la garde non parentale dans la province de Québec au Canada : l’effet de la politique familiale de 1997

L’utilisation de la garde non parentale dans la province de Québec au Canada : l’effet de la politique familiale de 1997s

| Ajouter

Référence bibliographique [17615]

Murphy, Maxime et Lardoux, Solène. 2015. «L’utilisation de la garde non parentale dans la province de Québec au Canada : l’effet de la politique familiale de 1997». Dans Démographie et politiques sociales , sous la dir. de Agnès Adjamagbo et Antoine, Philippe, p. 1-17. Actes du XVIIe colloque international de l’AIDELF tenu à Ouagadougou tenu les 12-16 novembre 2012. Paris: Association Internationale des Démographes de Langue Française (AIDELF).

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Notre étude vise à mieux comprendre les déterminants de l’utilisation des services de garde non parentale, c’est-à-dire la garde des enfants d’âge préscolaire par des personnes autres que des parents, que ce soit dans des garderies ou en milieu familial.» (p. 1)

Questions/Hypothèses :
«Nous posons les questions de recherche suivantes: dans quelle mesure la nouvelle politique familiale québécoise de 1997 a-t-elle affecté les caractéristiques associées à l’utilisation de la garde non parentale? La politique a-t-elle eu des effets différentiels sur certaines catégories d’enfants?» (p. 1)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Nous utilisons les données d’une enquête longitudinale canadienne, l’ELNEJ (Enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes) […].» (p. 1)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Dans le Québec, nous avons constaté que pour les enfants utilisant la garde non parentale, la distinction selon le type de famille (monoparentale et biparentale) s’est grandement estompée entre 1994 et 2001. Une situation semblable s’observe pour la variable concernant le type d’horaire de la mère et la fratrie et l’éducation des parents. Alors que dans le RDC [reste du Canada], la tendance est plus constante selon ces mêmes variables. […] L’effet de la nouvelle politique familiale québécoise n’a donc pas uniquement eu comme conséquence d’augmenter la garde non parentale plus rapidement au Québec que dans le reste du Canda. Elle a aussi transformé la dynamique interne, les mécanismes structuraux et potentiellement comportementaux qui unissaient certaines caractéristiques de la population québécoise à la garde non parentale. Elle a notamment uniformisé l’utilisation de la garde non parentale selon le type d’horaire de travail, l’éducation des parents et le nombre d’enfants composant le ménage.» (p. 14)