La problématique des enfants de la rue à Port-au-Prince et les stratégies d’interventions des institutions de prise en charge

La problématique des enfants de la rue à Port-au-Prince et les stratégies d’interventions des institutions de prise en charge

La problématique des enfants de la rue à Port-au-Prince et les stratégies d’interventions des institutions de prise en charge

La problématique des enfants de la rue à Port-au-Prince et les stratégies d’interventions des institutions de prise en charges

| Ajouter

Référence bibliographique [17576]

Eugene, Chrismene. 2014. «La problématique des enfants de la rue à Port-au-Prince et les stratégies d’interventions des institutions de prise en charge». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, École de service social.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«L’objectif de cette étude est de dégager une compréhension globale des modèles d’intervention réalisés par les institutions de prise en charge auprès des enfants de la rue à Port-au-Prince. D’une manière spécifique, l’étude vise à comprendre les représentations sociales des intervenants de la problématique des enfants de la rue à Port-au-Prince, comprendre les stratégies d’interventions de ces institutions, saisir le sens et l’orientation de ces pratiques d’intervention.» (p. i)

Questions/Hypothèses :
«Comment les institutions de prise en charge interviennent-elles auprès des enfants de la rue? [...] Quelles sont les stratégies mise en œuvre afin de répondre aux buts qu’elles se sont fixées?» (p. 34)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon est composé de 9 intervenants qui œuvrent auprès des enfants de la rue à Port-au-Prince.

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Les résultats nous ont permis de découvrir que les intervenants perçoivent les enfants de la rue de trois manières: délinquants, victimes et acteurs. Toutefois, les interventions réalisées par les institutions auprès de ces enfants ne les considèrent surtout que comme des délinquants, parfois des victimes, mais pas tellement des acteurs en maîtrise de leurs vies. Ce faisant, les institutions priorisent la réintégration familiale, l’insertion ou la réinsertion scolaire et l’apprentissage d’un métier. L’objectif principal de ces interventions est de porter les enfants à changer de comportement afin qu’ils regagnent leur place dans la société.» (p. i) L’auteur remarque que «les enfants vivant dans les rues de Port-au-Prince ne se sont pas toujours trouver dans la rue, ils appartenaient à une famille, une communauté ou un village. Cependant, diverses circonstances les ont contraints d’élire domicile dans les rues de la capitale. La situation de misère dans laquelle se trouvent de nombreuses familles, la violence dont ils sont l’objet dans leur propre famille, le système ''restavèk'' sont autant d’éléments avancés par les personnes rencontrées dans le cadre de cette recherche. Les enfants, une fois à la rue sont en quête de moyens de subsistance. Ainsi, une société qui devrait les protéger et les mettre à l’abri contre tous les dangers, s’est transformée en espace d’insécurité et d’individualisme (Wangre et Maiga, 2008). La vie de rue offre d’une certaine manière des opportunités aux enfants leur permettant d’assurer leur survie. Cette vie leur procure également une grande liberté.» (p. 101)