La psychothérapie de couple en situation d’agression sexuelle intrafamiliale

La psychothérapie de couple en situation d’agression sexuelle intrafamiliale

La psychothérapie de couple en situation d’agression sexuelle intrafamiliale

La psychothérapie de couple en situation d’agression sexuelle intrafamiliales

| Ajouter

Référence bibliographique [1752]

Perron, Alain, Lussier, Yvan, Wright, John, Robert, Tamye, Sabourin, Stéphane et Paradis, Jean-Pierre. 2008. «La psychothérapie de couple en situation d’agression sexuelle intrafamiliale». Dans Manuel clinique des psychothérapies de couple , p. 731-787. Montréal: Presses de l’Université du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« L’objectif du présent chapitre est de démontrer que chez les familles qui vivent une crise importante à la suite de la divulgation d’une agression sexuelle commise par le père ou le beau-père (p. ex., éclatement du couple, loyauté, ambivalence, condamnation ou vengeance de la part du partenaire non agresseur, placement des enfants en famille d’accueil ou exclusion du père de la famille, etc.), la psychothérapie de couple constitue un ingrédient indispensable d’un programme multimodal d’intervention visant la réduction des séquelles de ce traumatisme et la prévention de la récidive. » (p. 731)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Des parents et leurs enfants qui participent au « processus de traitement ». (p. 750)

Instruments :
- Le « questionnaire sur le bien-être personnel (Ilfeld, 1976; traduit par ovess, Murphy, Tousignant et Fournier, 1985) »;
- l’« échelle de psychopathie (Levenson, Kiehl et Fitzpatrick, 1995; traduit par Sabourin et Lussier , 1998) »;
- le « Questionnaire d’empathie (Davis, 1980; traduit par Lussier, 1996) »;
- l’« inventaire de la personnalité NEO-FFI (Costa et McCrae, 1989; traduit par Sabourin et Lussier, 1992) »;
- le « questionnaire sur l’état de stress (Fao, Cashman, Jaycox et Perry, 1997; traduit par Lussier et Lemelin, 2000) »;
- l’« inventaire de désirabilité sociale (Paulhus, 1989; Traduit par Sabourin et Lussier, 1990) »;
- deux « questionnaires sur les distorsions cognitives (Bumby, 1996; Hanson, Gizzarelli et Scott, 1994) »;
- le « questionnaire sur les expériences amoureuses (Brennan, Clark et Shaver, 1998; traduit par Lafontaine et Lussier, 2003) »;
- le « questionnaire sur la résolution des conflits conjugaux (CTS2, Straus, Hamby, Boney-McCoy et Sugarman, 195; traduit par Lussier, 1997) »;
- le « questionnaire d’ajustement dyadique (Spanier, 1976; traduit par Baillargeon, Dubois et Marineau, 1986) »;
- le « formulaire d’histoire sexuelle (Nowinski et LoPiccolo, 1979; Schover et Jensen, 1988; traduit par Trudel, 1986) ». (pp. 751-752)

Type de traitement des données :
Réflexion critique et analyse de contenu

3. Résumé


« Le présent chapitre est structuré en quatre sections principales. La première section traite du contexte général de l’agression sexuelle sous divers angles : considérations théoriques, définition, épidémiologie et séquelles à court, moyen et long termes des traumatismes sexuels [...] La deuxième section constitue une brève recension des recherches menées pour établir divers profils typologiques des familles où l’agression sexuelle se produit. La troisième section porte sur la description d’un programme d’évaluation et d’intervention multimodal de ces situations. Ce programme original est appliqué au Québec depuis plus d’une vingtaine d’années au Centre jeunesse de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Aux interventions de groupe pour chacun des partenaires du couple se greffe un module d’intervention auprès du couple. Celui-ci y joue un rôle significatif qui, au fil des ans, a été recalibré à maintes reprises à la suite d’évaluations de programme rigoureuses. L’approche développée se fonde sur une conception élargie des psychothérapies cognitive-comportementale et systémique du couple. Nous faisons ressortir les principaux paramètres à respecter pour en maximiser l’utilité et l’efficacité. Le chapitre s’achève par la présentation de deux études de cas détaillées illustrant les mérites du protocole thérapeutique. » (p. 732)