Le développement des symptômes d’anxiété chez les jeunes : liens avec les relations d’amitié et les relations fraternelles

Le développement des symptômes d’anxiété chez les jeunes : liens avec les relations d’amitié et les relations fraternelles

Le développement des symptômes d’anxiété chez les jeunes : liens avec les relations d’amitié et les relations fraternelles

Le développement des symptômes d’anxiété chez les jeunes : liens avec les relations d’amitié et les relations fraternelless

| Ajouter

Référence bibliographique [17434]

Serra Poirier, Catherine. 2015. «Le développement des symptômes d’anxiété chez les jeunes : liens avec les relations d’amitié et les relations fraternelles». Thèse de doctorat, Montréal, Université du Québec à Montréal, Département de psychologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
L’objectif principal de cette thèse par articles est de «préciser le rôle des amis et des membres de la fratrie dans le développement des troubles anxieux chez les enfants et les adolescents en tenant compte du rôle des facteurs génétiques.» (p. viii) Puisque le premier article n’aborde pas la famille, cette fiche synthèse porte uniquement sur le deuxième article. Cet article «visait à examiner si un phénomène de contagion sociale des symptômes d’anxiété est présent au sein de la fratrie au début de l’adolescence (secondaire 1), lorsqu’on contrôle pour la présence de symptômes d’anxiété antérieurs (6e année). Le deuxième objectif était d’examiner si cet effet de contagion est modéré par le sexe, le degré de parentalité génétique et la qualité de la relation fraternelle.» (p. 61)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«L’échantillon utilisé était composé de 478 jumeaux monozygotes et dizygotes faisant partie d’une étude longitudinale de plus grande envergure.» (p. 61)

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Results of the second article show «the presence of a social contagion effect of internalizing problem (i.e. anxiety) between siblings, albeit only in girls. Thus, controlling for previous anxiety symptoms, adolescent girls with a co-twin presenting higher levels of anxiety symptoms were also more likely to exhibit higher levels of anxiety symptoms themselves. The fact that adolescent girls tend to exhibit more anxiety symptoms than boys […] may explain why the contagion of anxiety symptoms between siblings is only present in girls. Moreover, the phenomenon was observed only in same-sex twin dyads (monozygotic and dizygotic).» (p. 79-80) «Results from the present study also indicated that a high level of negative features, such as conflict in the sibling relationship, was positively associated with adolescents’ anxiety symptoms. […] More importantly, although we did not find a moderating effect of perceived negative sibling relationship features on the predictive association between their co-twin’s and adolescents’ own anxiety symptoms, we did find a significant moderating effect of perceived positive friendship features. Specifically, the predictive link between their co-twin’s anxiety symptoms and adolescents’ own anxiety symptoms was stronger when the positive features of the relationship were perceived as high.» (p. 81)