Enfance, parentalité et pauvreté

Enfance, parentalité et pauvreté

Enfance, parentalité et pauvreté

Enfance, parentalité et pauvretés

| Ajouter

Référence bibliographique [17393]

Vinet, Jocelyn. 2015. «Enfance, parentalité et pauvreté». Dans Pauvreté et problèmes sociaux , sous la dir. de Jocelyn Vinet, Filion, Danielle, Dumais, Lucie et Gaudreau, Louis, p. 147-162. Québec: Fides éducation.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Le présent chapitre traite de la famille dans un contexte de pauvreté. […] Nous décrirons brièvement les effets de la pauvreté sur le développement des enfants ainsi que les diverses problématiques qui en découlent. Nous examinerons ensuite les défis auxquels sont confrontées les familles en accordant une attention particulière aux compétences parentales et à la négligence lorsque les conditions de vie sont précaires. Dans la dernière section de ce chapitre, il sera question des jeunes mères réduites à la pauvreté et des effets de celle-ci à court et à long termes.»(p. 148-149)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


L’auteur souligne que «la pauvreté en soi ne rend pas les parents inadéquats, mais elle complique grandement l’exercice de la parentalité.» (p. 151) « Résumons : des conditions de vie difficiles, des parents stressés, des enfants qui vivent eux aussi de l’insécurité et des frustrations du fait des privations subies, des problèmes de comportement, tout est en place pour amener une dégradation des relations parents-enfants. On note d’ailleurs davantage d’attitudes punitives et autoritaires chez les parents de milieux défavorisés.» (p. 153) «Une famille pauvre n’est pas nécessairement plus négligente, mais elle peut le devenir du fait de ses conditions de vie particulièrement éprouvantes et usantes sur la plan psychologique.» (p. 154) «La relation entre pauvreté et parentalité apparaît encore plus étroite lorsqu’on considère les grossesses à l’adolescence et les conditions de vie ce qu’on appelle les «jeunes mères», c’est-à-dire des jeunes filles de moins de 20 ans qui ont un ou plusieurs enfants à charge. Ces jeunes filles […] font face à de lourds défis, si bien que l’on considère la maternité à l’adolescence comme une problématique sociale et de santé.» (p. 155-156)