Les inégalités sociales en santé

Les inégalités sociales en santé

Les inégalités sociales en santé

Les inégalités sociales en santés

| Ajouter

Référence bibliographique [17391]

Filion, Danielle. 2015. «Les inégalités sociales en santé». Dans Pauvreté et problèmes sociaux , sous la dir. de Jocelyn Vinet, Filion, Danielle, Dumais, Lucie et Gaudreau, Louis, p. 67-84. Québec: Fides éducation.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Afin de pouvoir mieux apprécier l’importance des inégalités sociales en santé et leur impact dans la vie des personnes, nous avons divisé le chapitre en cinq grandes sections : les inégalités dès la naissance, la maladie chez les personnes pauvres (enfants et adultes), la santé et le travail, les inégalités devant la mort et les inégalités face au système de santé.» (p. 69) «Dans les pages qui suivent, nous comparerons la situation des individus dans le domaine de la santé en fonction de leurs revenus.» (p. 70)

Questions/Hypothèses :
«Comment les écarts de revenu ou la répartition de la richesse peuvent-ils avoir de telles conséquences dans une société riche comme la nôtre, dans laquelle les personnes sont tout de même aidées, soignées et soutenues quand elles en ont de besoins?» (p. 69)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


L’auteure soutient, à l’instar de nombreux travaux, «que les inégalités sociales contribuent à la détérioration de la santé, qu’elles diminuent l’espérance de vie des personnes et qu’en fin de compte elles affaiblissent toute la société.» (p. 69) «Encore aujourd’hui, les enfants qui naissent dans un milieu défavorisé ou de parents pauvres courent plus de risques de voir leur santé être affectée que les autres. On dira même que les inégalités sociales de santé se font sentir avant la naissance, soit au cours de la période de gestation.» (p. 70) «[L]es études tendent aussi à démontrer que la pauvreté vécue dans l’enfance peut avoir des effets néfastes sur leur développement et même durant toute leur vie.» (p. 71) «Les inégalités sociales dans le domaine de la santé expliquent en grande partie les différences dans l’état de santé et l’espérance de vie selon les groupes sociaux. Dès la naissance, les enfants issus de familles à faible revenu risquent plus de tomber malade, de subir un traumatisme et d’être hospitalisés que ceux des milieux aisés. À l’âge adulte, un plus grand nombre de personnes pauvres souffrent de maladies chroniques et fument, s’exposant ainsi aux conséquences néfastes liées au tabac. Leur travail risque plus d’être faiblement rémunéré, d’être précaire et peu sécuritaire. Un accès plus limité au système de santé, pour certains groupes sociaux, dont celui des plus démunis, vient s’ajouter à la liste des obstacles à surmonter.» (p. 81)