L’expérience de pères québécois de la naissance de leur enfant

L’expérience de pères québécois de la naissance de leur enfant

L’expérience de pères québécois de la naissance de leur enfant

L’expérience de pères québécois de la naissance de leur enfants

| Ajouter

Référence bibliographique [17290]

de Montigny, Francine, Gervais, Christine et Tremblay, Josée. 2015. «L’expérience de pères québécois de la naissance de leur enfant ». Recherches familiales, no 12, p. 125-136.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«L’objectif de cet article est de décrire et d’analyser le type d’expérience de la naissance de leur enfant telle qu’elle a été vécue par les pères: l’expérience, qualifiée de ‘nourrissante’ (qui a été vécue comme un apport bénéfique dans la relation à la conjointe et à l’enfant qui naît); et celle qui peut être qualifiée de ‘traumatisante’.» (p. 125)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Cette recherche qualitative et descriptive s’est déroulée au Québec, une province canadienne, auprès de 20 pères ayant participé à un groupe de discussion focalisé.» (p. 127)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Les résultats de cette étude font état d’une polarité dans les représentations des pères de la naissance de leur enfant. Cette polarité souligne l’implication importante des pères dans cet événement déterminant qu’est la naissance. En effet, les pères d’aujourd’hui s’engagent de façon accrue dans leur paternité et ont le souci de leur enfant au quotidien. Cet engagement se construit tout au long de la grossesse, entre autres par la préparation du couple en vue de la naissance. Il en découle que les pères vivent intensément le moment même de la naissance, ce qui peut expliquer les représentations qu’ils s’en font. En effet, les hommes deviennent pères avec des connaissances, des expériences et surtout un accompagnement qui diffèrent énormément. Ils ont besoin que les professionnels impliqués auprès d’eux leur permettent de s’impliquer auprès de leur enfant et leur accordent le droit d’entrer en relation avec celui-ci.» (p. 134-135)