Les besoins exprimés par les parents d’enfants ayant un TSA : une étude exploratoire franco-québécoise

Les besoins exprimés par les parents d’enfants ayant un TSA : une étude exploratoire franco-québécoise

Les besoins exprimés par les parents d’enfants ayant un TSA : une étude exploratoire franco-québécoise

Les besoins exprimés par les parents d’enfants ayant un TSA : une étude exploratoire franco-québécoises

| Ajouter

Référence bibliographique [17255]

Cappe, Émilie et Poirier, Nathalie. 2015. «Les besoins exprimés par les parents d’enfants ayant un TSA : une étude exploratoire franco-québécoise ». Annales Médico-Psychologiques, p. 1-5.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette étude vise ainsi à explorer les besoins de parents francophones, français et québécois, d’enfants ayant un TSA [trouble du spectre de l’autisme].» (p. 3)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon est composé de «101 parents québécois (91 mères et 6 pères; 4 parents n’ont pas souhaité renseigner leur sexe) et 160 parents français (113 mères et 47 pères) ont été recrutés, au Québec par le biais d’une clinique privée en autisme et par l’intermédiaire de la Fédération québécoise de l’autisme, et en France via l’aide de 15 services cliniques et quatre associations de parents.» (p. 3)

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les parents québécois et français ressentaient des besoins similaires quant aux conseils professionnels et éducatifs alors qu’ils avaient des décisions à prendre concernant leur enfant, et désiraient obtenir pour leur enfant des interventions adaptées à leur fonctionnement. Ces résultats sont semblables à ceux de des Rivières-Pigeon et al. qui mentionnent que la moitié des mères d’enfants ayant un TSA disent manquer de soutien instrumental. Elles peinent à trouver du soutien financier, du répit, du gardiennage spécialisé ou une aide à la vie domestique. Également, comme tout enfant ayant un développement typique, les enfants ayant un TSA vivent plusieurs transitions (milieu de garde éducatif, milieu scolaire, adolescence, vie adulte) qui exigent des interventions à planifier, en lien avec leurs besoins particuliers. Ainsi, les conseils de professionnels pouvant les guider à chacune de ces étapes paraissent justifiés. Enfin, autant les parents québécois que les parents français exprimaient peu le besoin d’aide ou de soutien d’autres parents ou d’une association. Cette information pourrait s’expliquer par le fait que des millions de personnes utilisent chaque jour le cyberespace pour s’informer, rechercher ou offrir de l’aide.» (p. 4)