Étude de la fonction médiatrice des comportements maternels dans les programmes d’interventions visant à améliorer le développement socio-affectif et cognitif de l’enfant

Étude de la fonction médiatrice des comportements maternels dans les programmes d’interventions visant à améliorer le développement socio-affectif et cognitif de l’enfant

Étude de la fonction médiatrice des comportements maternels dans les programmes d’interventions visant à améliorer le développement socio-affectif et cognitif de l’enfant

Étude de la fonction médiatrice des comportements maternels dans les programmes d’interventions visant à améliorer le développement socio-affectif et cognitif de l’enfants

| Ajouter

Référence bibliographique [17245]

Baudry, Claire, Tarabulsy, George M., Pearson, Jessica et Roy, Fanie. 2015. «Étude de la fonction médiatrice des comportements maternels dans les programmes d’interventions visant à améliorer le développement socio-affectif et cognitif de l’enfant ». Revue de Psychoéducation, vol. 44, no 1, p. 143-160.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Le présent article examine les études ad hoc, c’est-à-dire qui ont porté sur le lien causal éventuel entre un programme d’intervention centrée sur l’amélioration de CM [comportements maternels] et les améliorations apparaissant dans le développement de l’enfant.» (p. 143)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«Cette recension permet de confirmer l’efficacité des programmes axés sur les comportements maternels; elle souligne leur effet bénéfique sur le développement cognitif et socio-affectif de l’enfant, mais aussi sur la sensibilité maternelle (Deutcher et al., 2006; Field et al., 2000; Moss et al., 2011) tout en indiquant le lien entre la sensibilité maternelle et le développement de l’enfant (Landry, Smith, Miller-Loncar et Shank, 1998; Lemelin et al., 2006). L’impossibilité de vérifier la fonction médiatrice de la sensibilité maternelle prêche en faveur: 1) d’échantillons plus volumineux, 2) d’une sélection adéquate des outils de mesure des changements ou d’un nombre suffisant d’outils de mesure (standardisés et observationnels) concernant une même catégorie de développement (voir l’étude de Guttentag et ses collègues, 2014) et 3), de considérer d’autres facteurs de changement observés chez l’enfant que les seuls comportements maternels en contexte d’expérimentation. Tenir compte de ces éléments et de ces variables permettrait de mieux satisfaire la complexité et l’influence des programmes destinés aux familles non seulement quant à leurs objectifs, mais également quant à l’éclosion d’effets imprévus.» (p. 156)