Scolarité et compétences

Scolarité et compétences

Scolarité et compétences

Scolarité et compétencess

| Ajouter

Référence bibliographique [17158]

Desrosiers, Hélène. 2016. «Scolarité et compétences». Dans Les compétences en littératie, en numératie et en résolution de problèmes dans des environnements technologiques : des clefs pour relever les défis du XXIe siècle , sous la dir. de Hélène Desrosiers, p. 79-98. Québec: Gouvernement du Québec, Institut de la statistique du Québec.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Dans ce chapitre l’auteure souhaite «revoir notre compréhension des relations entre la scolarité et les compétences de base chez les adultes québécois.» (p. 79)

Questions/Hypothèses :
«[Q]uelle relation observe-t-on aujourd’hui entre la scolarité et les compétences en traitement de l’information? Jusqu’à quel point la scolarité et les compétences sont-elles liées, au-delà de facteurs tels que l’âge, le sexe et l’origine sociale des individus? Qu’en est-il du lien entre la fréquentation scolaire, ou le domaine d’études, et les compétences clés en traitement de l’information?» (p. 79)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Les données sont tirées du Programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes (PEICA) qui est une enquête internationale qui cherche à évaluer les compétences d’adultes de 16 à 65 ans en littératie, en numératie et en résolution de problèmes dans des environnements technologiques.

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«[L]es compétences en littératie et en numératie sont associées de façon positive au niveau de scolarité atteint. Environ la moitié des personnes sans DES [Diplôme d’études secondaires] se situent aux niveaux les plus faibles (niveau 1 ou en deçà) de l’échelle des compétences en littératie (49 %) et en numératie (54 %). Ces proportions chutent à 21 % et 23 %, respectivement, chez les personnes détenant un diplôme d’études secondaires et concernent seulement 5 % et 7 %, respectivement, des personnes ayant un baccalauréat ou un niveau d’études supérieur.» (p. 96) L’auteure remarque également un lien entre le milieu social d’origine et les compétences clés en traitement de l’information. En effet, «[l]es données montrent qu’il existe un lien positif significatif entre les compétences et le plus haut niveau de scolarité des parents en littératie comme en numératie et en RP-ET [résolution de problèmes dans des environnements technologiques], peu importe le groupe d’âge […]. [De plus], la proportion des 16 à 24 ans se classant au niveau 3, 4 ou 5 en littératie passe d’environ 47 % lorsqu’un des parents a un DES ou l’équivalent à 59 % lorsqu’un des parents a un diplôme supérieur au DES […]. Les données […] indiquent toutefois qu’une scolarité individuelle plus avancée pourrait compenser en partie la moindre scolarité des parents.» (p. 87)