L’impact des violences structurelle et conjugale en contexte migratoire : perceptions d’intervenants pour le contrer

L’impact des violences structurelle et conjugale en contexte migratoire : perceptions d’intervenants pour le contrer

L’impact des violences structurelle et conjugale en contexte migratoire : perceptions d’intervenants pour le contrer

L’impact des violences structurelle et conjugale en contexte migratoire : perceptions d’intervenants pour le contrers

| Ajouter

Référence bibliographique [1708]

Rojas-Viger, Celia. 2008. «L’impact des violences structurelle et conjugale en contexte migratoire : perceptions d’intervenants pour le contrer ». Nouvelles Pratiques Sociales, vol. 20, no 2, p. 124-141.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«C’est dans ce contexte d’émergence de pratiques novatrices auprès des groupes culturels que se situe l’objectif de notre recherche de documenter la perception qu’ont les intervenants communautaires et institutionnels de leurs pratiques en promotion et prévention pour contrer la violence conjugale vécue par les femmes immigrantes.» (p.130)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
5 intervenants de services cliniques utilisant une approche transculturelle (CLSC et DPJ) et 5 intervenants d’organisations communautaires.

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Le Canada et le Québec, sociétés pluriethniques, possèdent des politiques et des programmes de promotion et de prévention pour contrer les violences faites aux femmes, mais reconnaissent que le défi est de taille dans le contexte migratoire. Les immigrantes, confrontées à la violence conjugale, ne disposent souvent pas d’accessibilité culturelle aux services sociaux et de santé ou n’obtiennent pas de réponse adéquate à leurs besoins. Toutefois, certains organismes ont des projets pour leur venir en aide mais ils ne sont pas systématiques. L’article présente les résultats d’une recherche exploratoire, avec approche ethnologique, qui documente la perception de 10 intervenants d’organismes communautaires et institutionnels concernant leurs activités dans le domaine et leur préoccupation pour la promotion et la prévention primaire, même si leurs pratiques concrètes sont surtout centrées sur la prévention secondaire. Maints empêchements les limitent, mais leurs perceptions des réponses promotionnelles et préventives mettent en lumière l’impact de la violence structurelle et de la violence conjugale et orientent les perspectives de renouvellement des pratiques d’intervention sociosanitaire en matière de violence conjugale.» (pp.124-125) Les intervenants insistent notamment sur la dimension familiale que revêt le projet migratoire, dimension que négligent souvent les programmes d’intervention en violence conjugale centrés exclusivement sur les femmes.