Les expériences de victimisation telles que vécues par des adolescents délinquants et consommateurs de drogues

Les expériences de victimisation telles que vécues par des adolescents délinquants et consommateurs de drogues

Les expériences de victimisation telles que vécues par des adolescents délinquants et consommateurs de drogues

Les expériences de victimisation telles que vécues par des adolescents délinquants et consommateurs de droguess

| Ajouter

Référence bibliographique [1652]

Tessier, Mélanie. 2008. «Les expériences de victimisation telles que vécues par des adolescents délinquants et consommateurs de drogues». Mémoire de maîtrise, Trois-Rivières, Université du Québec à Trois-Rivières, Département de psychoéducation.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« L’objectif général de ce mémoire est d’explorer les liens entre les expériences de victimisation et la déviance juvénile à partir du point de vue exprimé par les jeunes eux-mêmes. » (p. ii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« Les participants sont des adolescents et des adolescentes âgés entre 14 et 20 ans. Ces derniers proviennent soit de la rue, des centres jeunesses, des centres pour toxicomanes, des maisons de jeunes ou des écoles secondaires. Ils ont été rencontrés dans trois villes québécoises : Québec, Montréal ou Trois-Rivières. » (p. ii-iii) Les données ont été recueillies dans le cadre de deux études menées par Natacha Brunelle portant sur les trajectoires de déviance juvénile.

Instruments :
Guide d’entrevue semi-dirigée

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


Les « [...] analyses démontrent que plus du trois quarts des jeunes de l’échantillon ont rapporté avoir vécu au moins une expérience de victimisation au cours de leur vie. Ces expériences se regroupent en cinq catégories : abus sexuel, abus physique, abus psychologique, intimidation en milieu scolaire et exposition à la violence familiale ou dans la communauté. Les jeunes expriment différents sentiments associés à ces expériences de victimisation. Ces sentiments ont été explorés en fonction du sexe et du type de victimisation vécu. Les jeunes rapportent différents liens entre leurs expériences de victimisation et leurs comportements délinquants ou leur consommation de drogues. Ces relations sont divisées en quatre catégories : de la victimisation à la délinquance, de la délinquance à la victimisation, de la victimisation à la consommation de SPA [substances psychoactives] et de la consommation de SPA à la victimisation. Ces différentes catégories sont expliquées et accompagnées d’extraits d’entrevue reflétant le discours des participants. Une meilleure compréhension de la réalité des jeunes délinquants ou consommateurs de drogues ayant vécu des expériences de victimisation permettra une intervention plus ciblée auprès de cette clientèle. » (p. iii)