Les pratiques parentales des pères et des mères et les difficultés de comportement des enfants au préscolaire : différences et similitudes

Les pratiques parentales des pères et des mères et les difficultés de comportement des enfants au préscolaire : différences et similitudes

Les pratiques parentales des pères et des mères et les difficultés de comportement des enfants au préscolaire : différences et similitudes

Les pratiques parentales des pères et des mères et les difficultés de comportement des enfants au préscolaire : différences et similitudess

| Ajouter

Référence bibliographique [1552]

Besnard, Thérèse, Verlaan, Pierrette, Capuano, France, Vitaro, Frank et Poulin, François. 2009. «Les pratiques parentales des pères et des mères et les difficultés de comportement des enfants au préscolaire : différences et similitudes ». Revue de Psychoéducation, vol. 38, no 1, p. 15-43.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Cette étude compare les pratiques parentales des pères et des mères d’un groupe d’enfants de maternelle présentant des difficultés de comportement avec celles des parents d’un groupe d’enfants qui n’en présentent pas. » (p. 15)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« Les participants à cette étude ont été sélectionnés à partir de l’échantillon initial d’un projet de recherche qui évalue l’impact du programme de prévention ’Fluppy’ (Capuano, Vitaro, Poulin, & Verlaan, 2002). Ils ont été recrutés entre les années 2002 et 2005 en trois cohortes annuelles successives parmi les élèves de maternelle d’une banlieue de Montréal. » (p. 23) L’échantillon choisi pour la présente étude regroupe 109 enfants et leurs parents.

Instruments :
- Questionnaire
- Système de décodage utilisé pour évaluer la séance de jeu parent-enfant

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« À partir de mesures autorévélées et observationnelles, les résultats indiquent des différences entre les pratiques parentales des deux parents, tous groupes confondus. Les mères sont en moyenne plus disponibles à l’égard de leur enfant que ne le sont les pères. Les résultats indiquent également des différences entre les parents des deux groupes : les parents d’enfants qui connaissent des difficultés de comportement sont moins engagés, utilisent plus de pratiques hostiles, mentionnent plus de rejet sur le plan affectif et éprouvent un sentiment d’efficacité moins grand que les parents d’enfants qui ne vivent pas ces difficultés. De plus, contrairement à la mère, le père réussirait, en situation de jeu, à établir un climat d’échanges positifs et de coopération avec son enfant, même quand ce dernier présente des difficultés de comportement. Les résultats sont commentés en fonction des retombées qu’ils pourraient avoir lors d’interventions futures. » (p. 15)