Regards de Nunavimmiuts sur les raisons de la consommation et ses effets

Regards de Nunavimmiuts sur les raisons de la consommation et ses effets

Regards de Nunavimmiuts sur les raisons de la consommation et ses effets

Regards de Nunavimmiuts sur les raisons de la consommation et ses effetss

| Ajouter

Référence bibliographique [1522]

Brunelle, Natacha, Plourde, Chantal, Landry, Michel et Gendron, Annie. 2009. «Regards de Nunavimmiuts sur les raisons de la consommation et ses effets ». Criminologie, vol. 42, no 2, p. 9-29.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« L’objet de cet article concerne le volet qualitatif de l’étude et consiste à rapporter et à organiser le plus fidèlement possible les points de vue des Nunavimmiuts sur les raisons et les conséquences de la consommation de SPA [substances psychoactives] au Nunavik. » (p. 11)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« [...] 108 [...] jeunes, de parents, de leaders et d’Aînés de quatre villages » ont été interviewés.

Instruments:
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Dans le présent article sont exposés les résultats d’une étude sur la consommation de substances psychoactives au Nunavik. […] L’analyse de contenu thématique des résultats a mis en lumière différentes raisons et différents effets de la consommation au Nunavik du point de vue des participants. Parmi les raisons évoquées par les interviewés, on retrouve le plaisir, l’ennui et le manque d’activités, la « colonisation », l’adaptation (coping) à divers problèmes (pauvreté, abus, suicide) et la transmission intergénérationnelle. Sur la question des conséquences de la consommation, les effets sur la famille, dont la violence conjugale et la négligence envers les enfants, mais aussi les comportements déviants, incluant la conduite avec capacités affaiblies, les voies de fait et les délits lucratifs ont été évoqués. Ces résultats sont discutés à la lumière des connaissances actuelles sur les causes et conséquences de la consommation chez les Inuits et les non-Inuits. » (p. 9)