Adolescents auteurs d’abus sexuels : carrière criminelle et facteurs associés

Adolescents auteurs d’abus sexuels : carrière criminelle et facteurs associés

Adolescents auteurs d’abus sexuels : carrière criminelle et facteurs associés

Adolescents auteurs d’abus sexuels : carrière criminelle et facteurs associéss

| Ajouter

Référence bibliographique [1499]

Carpentier, Julie. 2009. «Adolescents auteurs d’abus sexuels : carrière criminelle et facteurs associés». Thèse de doctorat, Montréal, Université de Montréal, École de criminologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Notre thèse propose l’utilisation d’un cadre conceptuel emprunté à la criminologie développementale, afin de mieux comprendre le processus complexe qui mène au développement de la délinquance sexuelle à l’adolescence et à sa persistance à l’âge adulte. » (p. ii)

Questions/Hypothèses :
L’auteur aborde les questions suivantes : « 1) Quels sont les facteurs de risque et de protection des adolescents auteurs d’abus sexuels en ce qui a trait à l’activation, à l’aggravation et le désistement de la carrière criminelle ? 2) Est-ce que la délinquance sexuelle s’inscrit dans une ou des trajectoires délinquantes générales, ou est-ce que les délinquants sexuels poursuivent une trajectoire délinquante qui leur est propre ? » (p. iii)

2. Méthode


« Notre échantillon se compose de 351 adolescents agresseurs sexuels qui furent évalués au Centre de psychiatrie légale de Montréal entre 1992 et 2002. Des données rétrospectives ont été recueillies à partir des dossiers archives du Centre de psychiatrie légale de Montréal. Ensuite, les données sur la carrière criminelle à l’adolescence et à l’âge adulte ont été amassées durant l’été 2005 à partir de sources officielles de la criminalité au Canada. » (p. iii)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« La criminologie développementale postule que les différentes dimensions de la carrière criminelle ne présentent pas nécessairement les mêmes facteurs de risque et que ces facteurs de risque peuvent varier à travers le temps. II en serait de même pour les facteurs de protection qui, lorsqu’ils sont présents, interagissent avec les facteurs de risque pour diminuer la probabilité d’adopter des comportements délinquants. » (p. iii) « En ce qui concerne les facteurs de risque [reliés à la récidive], les résultats des analyses de survie suggèrent que certains facteurs développementaux (abandon paternel, victimisation sexuelle), des difficultés relationnelles et l’agression d’une victime inconnue sont associés à la récidive sexuelle, tandis que des indices d’antisocialité (antécédents de délinquance officiels et non officiels) et d’impulsivité (trouble déficitaire de l’attention) sont associés à la fois à la récidive violente et générale. […] Enfin, les résultats de nos travaux de thèse démontrent clairement que pour une majorité d’adolescents, l’agression sexuelle n’est pas l’apogée d’une carrière criminelle chronique, mais s’inscrit plutôt dans le cadre d’une trajectoire plus générale de déviance, ou encore, dans le cadre d’une mauvaise adaptation dans le développement psychosocial et sexuel qui peut parfois être corrigé. » (p. iv-v)