Le mirage de l’égalité : les immigrés hautement qualifiées à Montréal

Le mirage de l’égalité : les immigrés hautement qualifiées à Montréal

Le mirage de l’égalité : les immigrés hautement qualifiées à Montréal

Le mirage de l’égalité : les immigrés hautement qualifiées à Montréals

| Ajouter

Référence bibliographique [1484]

Chicha, Marie-Thérèse. 2009. Le mirage de l’égalité : les immigrés hautement qualifiées à Montréal. Rapport de recherche présenté à La Fondation Canadienne des Relations raciales.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette étude ayant trait à la déqualification subie par les immigrées hautement qualifiées établies à Montréal vise à mieux en cerner les facteurs explicatifs.» (p. 9)

Questions/Hypothèses :
L’auteure se pose deux questions principales : «[…] la déqualification est-elle réelle ou simplement apparente et, si elle est réelle, est-elle durable ou passagère?» (p. 9)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon consiste comprend «[…] 44 immigrées, ainsi que de nombreuses personnes ressources. Les immigrées choisies devaient obligatoirement avoir obtenu un diplôme universitaire dans leur pays d’origine et avoir séjourné un certain nombre d’années au Canada […] Les deux-tiers des immigrées provenaient d’Afrique, d’Asie occidentale, d’Amérique latine et de Haïti et appartenaient à des minorités visibles et un-tiers provenait d’Europe de l’Est.» (p. 10)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Nos résultats font ressortir une forte incidence de la déqualification parmi nos participantes : 43% sont fortement déqualifiées et 25% le sont moyennement, même après plusieurs années au Québec. Celles qui ne sont pas déqualifiées (32%) ont, pour la plupart, passé une ou plusieurs années dans des emplois de mise à niveau de leurs qualifications. Le caractère multidimensionnel de la déqualification ressort clairement de notre étude : quatre séries de variables – les stratégies familiales, la reconnaissance des diplômes étrangers, les possibilités de requalification et la discrimination en milieu de travail - jouent un rôle significatif dans la présence et le degré de déqualification. Nos résultats indiquent que le phénomène de déqualification doit aussi être appréhendé de façon dynamique : l’examen des trajectoires professionnelles montre l’importance des interdépendances entre les acteurs, leurs pratiques et leurs décisions. Les obstacles peuvent s’accumuler et s’enchevêtrer tout au long de ces trajectoires rendant irréversible la déqualification d’un bon nombre d’immigrées. Plusieurs participantes se retrouvent enfermées dans un cercle vicieux de déqualification en raison d’obligations familiales élevées qui se combinent avec la difficulté de faire reconnaître les diplômes étrangers, le manque de succès de la réorientation professionnelle et la précarité des emplois occupés. À l’autre extrême, d’autres immigrées qui sont arrivées au Québec comme célibataires, sans enfants et qui ont réussi à aplanir les obstacles liés à la reconnaissance des diplômes étrangers, se retrouvent dans une situation de déqualification faible et temporaire.» (p. 13)