Parcours de décrochage et raccrochage scolaire des jeunes autochtones en milieu urbain : le point de vue des étudiants autochtones

Parcours de décrochage et raccrochage scolaire des jeunes autochtones en milieu urbain : le point de vue des étudiants autochtones

Parcours de décrochage et raccrochage scolaire des jeunes autochtones en milieu urbain : le point de vue des étudiants autochtones

Parcours de décrochage et raccrochage scolaire des jeunes autochtones en milieu urbain : le point de vue des étudiants autochtones s

| Ajouter

Référence bibliographique [1463]

Côté, Isabelle. 2009. «Parcours de décrochage et raccrochage scolaire des jeunes autochtones en milieu urbain : le point de vue des étudiants autochtones ». Mémoire de maîtrise, Québec, Université Laval, École de service social.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« [...] [L]a présente recherche vise la compréhension des parcours scolaires des étudiants autochtones. Trois objectifs permettront de mieux comprendre le parcours scolaires [sic] des Autochtones. Plus spécifiquement, il s’agit de 1) comprendre et de décrire les conditions générales de vie des étudiants autochtones, 2) appréhender l’expérience et le vécu scolaire des étudiants autochtones, 3) analyser le rôle des conditions de vie et de l’expérience scolaire dans la dynamique de décrochage et de raccrochage scolaire. » (p. 28)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon de l’étude est composé de huit étudiants au Centre de Développement, de Formation et de Main-d’œuvre de Wendake (CDFM).

Instruments:
Grille d’entrevue (lors d’un entretien rétrospectif)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« La présente étude vise la compréhension dynamique des ruptures et des reprises scolaires des étudiants autochtones ayant migré à Québec. [...] Les principaux constats révèlent que dès leur plus jeune âge, les étudiants autochtones voient leurs rapports à l’école et au travail influencés de manière négative par un contexte de vie précaire et une expérience scolaire négative. C’est la combinaison de ces éléments qui entraîne les ruptures scolaires. Il a par ailleurs été révélé que la réponse des acteurs aux difficultés scolaires et personnelles des étudiants les amènent [sic] fréquemment à vivre l’exclusion scolaire. On a toutefois pu constater que le décrochage scolaire est réversible et que c’est la transformation des conditions de vie et du sens accordé aux événements qui permettent aux étudiants d’effectuer un retour aux études. Bien que les étudiants autochtones aient le désir de s’instruire, il demeure que leur grande vulnérabilité et leur faible marge de manœuvre rendent difficile le maintien en milieu scolaire. » (p. iii)